retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
ATS, Reuters, AFP, 11 mai 2004

Irak : L’occupant s’efforce d’isoler les résistants du peuple irakien

Suivi d’un commentaire


KIRKOUK - Quatre personnes ont été tuées et 25 autres blessées dans une explosion dans un quartier kurde de Kirkouk, au nord de l’Irak.

Dans le centre, près de Koufa, treize résistants présumés de l’imam Moqtada al-Sadr ont été tués par des tirs américains.


Un officier de police de Kirkouk, Chirkou Chaker Hakim, a indiqué qu’une explosion avait "eu lieu dans un quartier kurde populeux, faisant quatre tués et 25 blessés".

A Koufa, un officier de la coalition a lui annoncé que treize miliciens présumés du chef radical chiite Moqtada al-Sadr avaient été tués dans la nuit.

"Les troupes américaines ont affronté des forces anti-coalition, tuant 13 (combattants) et en blessant 14", a déclaré ce responsable militaire sous couvert de l’anonymat. Les combats se sont déroulés autour de bâtiments utilisés par l’Armée du Mehdi, les résistants de Moqtada al-Sadr.

Agence télégraphique suisse

MOSCOU (Reuters) - Un civil russe travaillant sous contrat en Irak a été tué et deux autres ont été pris en otages à Bagdad, ont annoncé des agences de presse de russes sur la foi d’informations de source proches du ministère des Affaires étrangères.

Selon l’agence Ria, ils travaillaient pour la société russe Interenergoservis, dont huit membres du personnel avaient été brièvement enlevés, en avril 2004, dans la capitale irakienne.

L’agence Interfax, citant une source émanant du ministère des Affaires étrangères, a confirmé la mort d’un ressortissant russe et la prise en otages de deux autres.

Reuters

Des miliciens du chef radical chiite Moqtada al-Sadr ont tiré en l’air, mardi 11 mai 2004, pour disperser des manifestants demandant leur départ près du mausolée de l’imam Ali, dans le centre de la ville sainte de Najaf, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Des dizaines de manifestants ont défilé à l’appel du Conseil suprême de la la révolution islamique (CSRII) le principal mouvement chiite irakien, criant des slogans appelant au départ des miliciens armés, comme "laissez Najaf aux habitants de Najaf". Alors qu’ils approchaient de l’esplanade du mausolée, des miliciens armés leur ont demandé en vain de se disperser. Devant leur refus, un milicien a commencé à tirer en l’air, suivi par plusieurs autres. Les manifestants se sont alors dispersés dans la panique et les commerces ont tiré leurs rideaux près du mausolée, l’un des lieux les plus vénérés des chiites en Irak et à travers le monde.

Agence France Presse

Les poursuites judiciaires contre le chef chiite radical irakien Moqtada al-Sadr, dans une affaire de meurtre, seront suspendues jusqu’au transfert de pouvoir, si ce dernier accepte de désarmer ses résistants, a déclaré, mardi 11 mai 2004, le gouverneur de Najaf nommé par la coalition.

"Il y a la possibilité de résoudre l’affaire de Sayyed Moqtada al-Sadr, à condition que sa milice soit démantelée", a déclaré Adnane al-Zorfi à la presse." Après des rencontres avec (l’administrateur américain) Paul Bremer et d’autres responsables de la coalition, j’ai eu le sentiment qu’ils étaient disposés à résoudre l’affaire (judiciaire) pacifiquement", a-t-il ajouté.

Lors d’une réunion entre M. Zorfi et des chefs tribaux de la région de Najaf, l’un d’entre eux, Cheikh Hamid al-Chibli, a proposé que toutes les procédures contre Moqtada al-Sadr soient repoussées après le transfert de pouvoir de la coalition aux Irakiens, prévu le 30 juin 2004. M. Zorfi a confirmé la possibilité d’une telle décision, mais insisté sur le démantèlement préalable de l’Armée du Mehdi, les résistants de Moqtada al-Sadr.

La coalition a lancé un mandat d’arrêt contre le chef radical chiite pour son rôle présumé dans le meurtre d’un de ses rivaux religieux en 2003.

"J’espère que les Américains ne pénètreront pas davantage à l’intérieur de Najaf", a par ailleurs déclaré M. Zorfi, alors que les troupes américaines et les miliciens de Moqtada al-Sadr s’affrontent quotidiennement à la périphérie de la ville.

Attaque d’un convoi venant de Jordanie

Un convoi de véhicules civils non escorté par des militaires a été attaqué mardi en Irak sur la route entre Amman et Bagdad, a annoncé un haut responsable militaire de la coalition, sans faire état de victime dans l’immédiat.L’attaque contre le convoi de 21 véhicules a eu lieu au niveau de Rotba, à 350 km à l’ouest de Bagdad, a précisé ce responsable qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat.Le convoi appartenait à un sous-traitant de Kellogg, Brown and Root (KBR), filiale de la firme américaine Halliburton, selon la même source. Aucune information n’a été obtenue sur la nationalité du sous-traitant qui assurait ce convoi de routine destiné aux forces de la coalition conduite en Irak par les Etats-Unis.

Agence France Presse

Commentaire

Le gouvernement des Etats-Unis et ses satellites s’efforcent systématiquement de nier le caractère populaire de la résistance irakienne, dans l’espoir d’entretenir l’illusion selon laquelle les Irakiens seraient favorables à la présence des troupes d’occupation. Ce grossier mensonge tient lieu de "justification morale" à la poursuite de l’occupation de l’Irak.

Quand l’occupant veut organiser une manifestation de "collabos", il ne parvient à réunir que quelques dizaines de manifestants -comme à Najaf, le 11 mai 2004-, alors que la moindre manifestation organisée à l’appel de la résistance réunit des milliers, voire des dizaines de milliers de participants...

Dans cette logique, le gouvernement des Etats-Unis s’abstient soigneusement d’évoquer l’existence de "résistants". Il préfère évoquer "des terroristes", "des rebelles" ou "des miliciens" censés agir sans aucun soutien populaire.

Lorsque les occupants tuent un Irakien, il leur suffit d’affirmer qu’il s’agissait d’un "terroriste" ou d’un "présumé terroriste" pour se donner bonne conscience.

On relèvera que les soi-disant "offres de médiation" de tel ou tel "collabo" du gouvernement potiche irakien sont consues de fil blanc. Le "médiateur" laisse entendre que l’occupant serait disposé à une concession, en échange de ceci ou de cela, mais ce médiateur ne peut jamais se prévaloir d’un engagement officiel, et les Américains n’hésitent pas à le désavouer après avoir obtenu ce qu’ils voulaient.

Il est absolument inutile de chercher à s’entendre avec les Américains. D’une part, leur parole n’a strictement aucune valeur. George Walker Bush est un individu qui ment comme il respire, et les autres membres de son gouvernement ont une tournure d’esprit similaire. Ces gens-là mentent à l’armée américaine, au peuple américain et au monde entier. D’autre part, ils sont déterminés à poursuivre l’occupation de l’Irak. Leurs prétendues offres de "médiation" ou de "négociation" ont toujours pour finalité de favoriser la poursuite de l’occupation de l’Irak.

Le seul langage que comprenne le gouvernement des Etats-Unis, c’est celui des roquettes anti-char et des rafales de fusil d’assaut. Seule la liste grandissante des tués amènera les électeurs américains -et ceux des autres pays membres de la coalition- à exiger la fin de l’occupation de l’Irak.

Au demeurant, les troupes d’occupation ne se gênent pas pour tuer les Irakiens comme des lapins, y compris les vieillards, les femmes et les enfants.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source