retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Pérou
AFP, 17 mars 2010

Corruption : Une grâce qui embarasse le gouvernement péruvien


Vue de Lima

Le ministre péruvien de la Justice a été démis de ses fonctions, mardi 16 mars 2010, après un scandale qui a éclaboussé le président, Alan Garcia : la grâce d’un ex-patron de télévision, condamné pour corruption sous l’ère du président Alberto Fujimori, et qui a depuis pris la fuite.

Peru


Le ministre Aurelio Pastor, du même parti de centre-droit que le président Alan Garcia, a été pris à partie par la presse et des membres du gouvernement, après la libération de José Enrique Crousillat, devenu un cas emblématique de la corruption sous la présidence Fujimori (1990-2000). José Enrique Crousillat, âgé de 77 ans, avait été condamné, en 2006, à huit ans de prison, après son extradition d’Argentine, pour avoir vendu la ligne éditoriale de sa chaîne privée, America TV, au pouvoir Fujimori. Il a été gracié, en décembre 2009, pour « raisons humanitaires », à cause de multiples problèmes de santé, d’ordre cardiaque, cérébro-vasculaire, d’hypertension, qui le condamnaient à brève échéance, selon ses proches. Depuis, le gracié a été repéré par la presse en terrasse de restaurants, faisant du shopping dans une station balnéaire huppée, et a initié des démarches pour faire valoir ses droits sur America TV, rachetée par un consortium de titres de presse.

José Enrique Crousillat

La presse s’est déchaînée contre le ministre Aurelio Pastor, et par ricochet le président Garcia, qui a cosigné l’acte de grâce. L’opposition et une partie de la presse ont soupçonné des versements occultes en vue de la libération. Dans un retournement inédit, le président Garcia a annulé, samedi 13 mars, la grâce de José Enrique Crousillat. Mardi 16 mars 2010 au soir, il a signé l’acte qui « conclut la nomination » du ministre Aurelio Pastor. José Enrique Crousillat est devenu l’un des hommes les plus recherchés du Pérou. L’ex-président Alejandro Toledo (2001-2006), qui pourrait briguer un nouveau mandat en 2011, a dénoncé la « recomposition de la mafia » des années 1990-2000.

Agence France Presse

Aurelio Pastor

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source