retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AP, 11 mai 2004

Irak : Des responsables de Nadjaf proposent un compromis pour Moqtada Al-Sadr


NADJAF, Irak (AP) - Des notables de Nadjaf, la ville sainte du sud de l’Irak, ont déclaré, mardi 11 mai 2004, que l’imam chiite radical Moqtada Al-Sadr renoncerait à la confrontation violente avec les troupes américaines si la coalition conduite par les Etats-Unis suspendait les poursuites contre lui et mettait en place une force irakienne pour patrouiller dans son fief de Nadjaf.

Des combats ont néanmoins opposé soldats américains et résistants, mercredi 12 mai 2004 au matin, à Kerbala, selon la chaîne de télévision américaine Fox News, dont un journaliste suit les troupes.


L’offre de compromis de mardi 11 mai 2004 est conditionnée à un accord de retrait des forces américaines des villes saintes de Nadjaf et de Koufa et au fait que les résistants de l’Armée de Mahdi de Moqtada Al-Sadr déposent les armes et se retirent de la cité, ont-ils précisé.

La proposition a été élaborée au cours de la réunion, à Nadjaf, d’une quarantaine de responsables politiques et tribaux, dont un proche conseiller de Moqtada Al-Sadr.

La coalition n’avait pas répondu, dans la soirée, mais le nouveau gouverneur de la ville, nommé par les Américains, Adnan al-Zurufi, a offert un peu plus tôt dans la journée de différer les accusations de meurtres portées contre Al-Sadr s’il dissolvait sa milice.

Les notables proposent, selon Mansour al-Assadi, un haut responsable tribal, que les charges soient suspendues jusqu’à l’adoption d’une constitution définitive, en 2005, et que le jeune imam soit jugé par un tribunal islamique.

D’après le conseiller de Moqtada Al-Sadr qui participait à la réunion, Qays al-Khaz’ali, l’offre sera officielle quand elle aura reçu l’aval des dirigeants chiites de Nadjaf.

Moqtada Al-Sadr a fait savoir, dans un communiqué, mardi 11 mai 2004, qu’il était prêt à rappeler ses troupes si la coalition proposait officiellement des négociations placées sous l’égide des autorités religieuses.

Sadreddin Al-Qombanji, représentant local du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), le plus important parti politique chiite, a dit avoir reçu des indications de ce que "toutes les formes de présence armée" quitteraient bientôt Nadjaf.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source