retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée Bissau
Reuters, 1er avril 2010

Guinée Bissau : Le Premier ministre a été brièvement détenu par des soldats


Vue de Bissau

Des soldats ont arrêté dans son bureau le Premier ministre de Guinée-Bissau, Carlos Gomes Junior, rapporte un journaliste de Reuters. L’interpellation est intervenue quelques minutes après l’irruption dans le bureau des Nations Unies d’un groupe de militaires pour libérer l’ancien chef d’état-major de la marine nationale, le contre-amiral Bubo Nat Tchuto, qui avait trouvé refuge auprès de l’ONU, en décembre 2009, après avoir été soupçonné de tentative de coup d’Etat en 2008.

Guinée Bissau


Bubo Na Tchuto était recherché en liaison avec le putsch raté contre l’ancien président, Joao Bernardo Vieira, en août 2008. Ce dernier a été assassiné, en mars 2009, par des soldats rebelles. Bubo Na Tchuto s’était réfugié dans les bureaux de l’ONU, fin décembre 2009, après son retour d’exil en Gambie. Il était revenu dans son pays en pirogue, déguisé en pêcheur. Les Nations Unies et le gouvernement de Bissau avaient conclu, en janvier 2019, un accord qui prévoyait que l’ancien chef de la marine serait remis aux autorités bissau-guinéennes, mais Na Tchuto était demeuré à l’intérieur de la représentation de l’ONU. Le retour de l’ancien chef de la marine avait entraîné un renforcement des mesures de sécurité, notamment une multiplication des barrages routiers, dans cette ancienne colonie portugaise d’Afrique de l’Ouest convertie en plate-forme du trafic de drogue à destination de l’Europe.

Americo Bubo Na Tchuto

Le président, Malam Bacai Sanha, qui a regagné son pays, début février 2010, après un traitement médical en France, ne semble pas être concerné par ces incidents, a indiqué un diplomate occidental contacté par téléphone à Bissau. "Gomes a été arrêté ce matin. Bubo Na Tchuto, lui, a quitté de son plein gré l’enceinte des Nations Unies. Les deux événements sont liés", a déclaré ce diplomate qui a requis l’anonymat. Carlos Gomes Junior a fait l’objet d’une brève interpellation par des soldats, jeudi 1er avril 2010, dans son bureau, a indiqué l’un de ses conseillers. "Le Premier ministre a été libéré et s’entretient actuellement avec le président", a ajouté le conseiller, qui est également un parent du chef du gouvernement. Son arrestation, qui n’a duré que quelques minutes, est intervenue peu après l’irruption dans le bureau des Nations Unies d’un groupe de militaires venu libérer l’ancien chef d’état-major de la marine nationale, le contre-amiral Bubo Nat Tchuto. Le calme régnait à Bissau, la capitale, où quelques banques et magasins ont cependant fermé.

Alberto DABO, David LEWIS, Pascal LIETOUT, Jean-Loup FIEVET et Guy KERIVEL

Carlos Gomes Junior

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source