retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (5ème partie) : Mai 2004
Reuters, AFP, 12 mai 2004

Proche Orient : L’armée israélienne poursuit son agression contre la population palestinienne de Gaza

par Nidal Al MOUGHRABI


GAZA (Reuters) - Les résistants palestiniens qui détiennent des restes des six soldats israéliens, tués mardi 11 mai, dans une embuscade à Gaza, ont convenu, mercredi 12 mai 2004, de les restituer, à condition que l’armée israélienne se retire de la ville, a-t-on appris de source palestinienne.

Les autorités israéliennes ont, de leur côté, affirmé que les forces armées resteraient en place tant que les restes des six soldats n’auraient pas été rendus.


Des diplomates égyptiens ainsi que des responsables du Comité international de la croix-rouge (CICR) ont rencontré des représentants des mouvements palestiniens pour tenter de les convaincre de rendre les corps.

La journée avait été auparavant marquée par la mort de cinq Palestiniens tués à Gaza par des soldats israéliens qui tentent toujours de retrouver les corps de leurs six camarades tués mardi 11 mai 2004.

Soutenus par des chars, des soldats israéliens étaient en train de ratisser le quartier de Zeïtoun quand ils ont été pris pour cible par des résistants tirant à l’arme légère et au mortier. Des hélicoptères israéliens sont alors arrivés pour soutenir les troupes au sol.

Des témoins palestiniens ont déclaré qu’un missile s’était abattu à proximité d’une mosquée, tuant trois combattants du Hamas. Treize civils auraient en outre été blessés. L’armée israélienne a indiqué avoir visé des résistants qui entreposaient des explosifs.

Un autre missile a frappé une maison utilisée par des résistants pour tirer sur les soldats israéliens. Six personnes auraient été blessées.

Des sources médicales palestiniennes ont également signalé la mort de deux autres Palestiniens, dont un civil, lors de combats de rue.

Tirs d’hélicoptères et de navires de guerre

Les hélicoptères ont également tiré à la mitrailleuse contre des hommes armés tapis dans les rues étroites de la ville.

Des témoins ont par ailleurs déclaré que des vedettes de la navire israélienne avaient bombardé la côte et qu’un obus était tombé à proximité d’un complexe présidentiel. Des sources militaires israéliennes ont cependant déclaré que cette opération visait un "objet suspect" dans l’eau, précisant qu’il avait été coulé.

Les forces israéliennes sont à la recherche des dépouilles de six soldats, tués mardi 11 mai à Gaza, lorsqu’un missile antichar a pulvérisé leur blindé. Huit Palestiniens avaient été tués et plus de 120 autres blessés lors des combats de mardi 11 mai 2004.

Des responsables des mouvements palestiniens ont fait savoir que les restes des soldats avaient été emmenés hors du quartier de Zeïtoun. Ils avaient affirmé, mardi 11 mai 2004, qu’ils ne seraient restitués qu’après l’arrêt total des incursions israéliennes dans la bande de Gaza et l’ouverture de négociations sur la libération de détenus palestiniens.

Le gouvernement Sharon avait de son côté affirmé qu’il ne négocierait pas avec les "terroristes" la restitution des corps. Un haut responsable du gouvernement a également déclaré que les forces israéliennes resteraient à Gaza jusqu’à ce que les restes des soldats soient ramenés en Israël pour "un enterrement décent conforme à la loi et à la tradition juives".

Mardi 11 mai 2004, des Palestiniens armés avaient fièrement exhibé les restes des soldats israéliens.

Les habitants craignent un siège prolongé de Gaza

L’armée israélienne n’avait plus connu de pertes aussi lourdes dans les territoires palestiniens depuis la mort de neuf soldats et de trois colons juifs à Hébron, en Cisjordanie, lors d’un coup de main palestinien en novembre 2002.

Des membres de l’opposition et certains modérés du Likoud ont estimé que la mort de ces six soldats confirmaient la nécessité d’évacuer la bande de Gaza, où quelque 7500 colons vivent entourés de plus d’un million de Palestiniens. Le Likoud s’est récemment opposé au projet de retrait de Gaza défendu par le Premier ministre Ariel Sharon.

De leur côté, certains habitants de Gaza, craignant un siège prolongé de la ville par les forces israéliennes, estimaient, mercredi 12 mai, qu’il serait préférable de restituer les corps des six soldats. Les écoles et de nombreux magasins étaient fermés, mercredi 12 mai 2004, dans la ville et les habitants se plaignaient de coupures d’eau et d’électricité, un générateur ayant été frappé par un obus de char. "Ces restes puants ne valent pas la peine de verser encore plus du précieux sang de nos fils", a déclaré Oum Sobhi, une habitante de Gaza.

Nidal Al MOUGHRABI

Le Jihad islamique affirme avoir tué cinq soldats israéliens à Rafah

Un responsable du Jihad islamique palestinien a affirmé, mercredi 12 mai 2004, à l’AFP, que des résistants du mouvement avaient tué cinq soldats israéliens en attaquant à l’explosif leur blindé à Rafah dans le sud de la bande de Gaza.

Le responsable, qui a requis l’anonymat, a affirmé qu’"au moins cinq soldats ont été tués" dans l’attaque. "D’après les premières informations dont nous disposons, ils (les résistants) ont même enlevé le corps d’un des soldats tués", a-t-il ajouté.

Le Jihad islamique a également revendiqué dans un communiqué l’attaque, qui s’est produite le long de la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte. "Nos Moujahadine (combattants) ont posé une charge explosive qu’ils ont actionnée au passage du blindé, le touchant de plein fouet", affirme le texte. Des membres du Jihad ont affirmé par haut parleurs à Rafah que "tous les occupants du blindé" ont été tués.

Des sources militaires israéliennes ont confirmé l’attaque, affirmant que cinq soldats avaient été "touchés", sans plus de précision. La seconde chaîne privée de la télévision israélienne a pour sa part parlé d’un "bilan très lourd parmi les soldats".

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Nidal Al MOUGHRABI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source