retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (2ème partie) : Du 8 mars 2004 au 20 mai (...)
AP, 12 mai 2004

Etats-Unis : Donald Rumsfeld et les "juristes" du Pentagone approuvent des méthodes d’interrogatoire considérées comme de la torture...

Suivi d’un commentaire


WASHINGTON (AP) - Le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld a défendu, mercredi 12 mai 2004, les techniques d’interrogatoires militaires en Irak, rejetant les critiques selon lesquelles elles sont appliquées en violation du droit international et sont susceptibles de mettre en danger les Américains faits prisonniers.


Les juristes du Pentagone, a souligné M. Rumsfeld devant une commission sénatoriale, ont approuvé des méthodes telles que la privation de sommeil ou les changements de régime alimentaire.

Le sénateur démocrate Richard Durbin a souligné que certaines de ces techniques vont "loin au-delà de la Convention de Genève" sur les prisonniers de guerre.

Associated Press

Commentaire

Le gouvernement des Etats-Unis a introduit, au préjudice des prisonniers adverses, une logique selon laquelle le respect le plus élémentaire des droits de l’homme est un "privilège" obtenu après que le prisonnier ait été réduit au statut d’esclave totalement soumis, tandis que le mépris le plus complet des droits de l’homme devient la règle, "la normalité".

Afin de "justifier" cela, on recourait, et on continue de recourir, à des euphémismes, en s’abstenant soigneusement d’appeler les choses par leur nom. La torture n’est qu’un "incident allégué" ou "un mauvais traitement".

Le combattant adverse est systématiquement décrit comme "un rebelle", "un terroriste", "un criminel", "un voyou", qu’on ne saurait considérer comme un soldat ; tandis que le soldat américain est décrit comme "un héros", "un combattant de la liberté", même quand il massacre des vieillards, des femmes et des enfants...

On relèvera que le mépris manifesté pour les droits les plus élémentaires des étrangers se retrouve dans la manière dont sont traités les détenus au sein des prisons aux Etats-Unis.

Le gouvernement des Etats-Unis passe son temps à condamner "les terroristes", alors qu’il est le pire de tous. Il passe son temps à discourir sur les droits de l’homme, alors qu’il est le premier à les bafouer. Il passe son temps à vouloir donner des leçons de démocratie, alors qu’il ne représente qu’une oligarchie corrompue, prête à consacrer des centaines de milliards de dollars à l’occupation de l’Irak, mais totalement opposée à consacrer la même somme à l’éradication de la pauvreté aux Etats-Unis.

On a le sentiment de se trouver devant une construction mentale dans laquelle tout ne serait que mensonge, dans laquelle la réalité serait systématiquement niée, dissimulée, minimisée, camouflée sous des euphémismes, avec le "politiquement correct" en guise d’alibi.

On commence par ordonner aux tortionnaires : "Faites parler ce terroriste ! Faites-lui avouer tout ce qu’il sait !". Ensuite, on se donne l’air étonné, la main sur le coeur, devant les caméras de télévision, et on affirme qu’on ignorait tout de l’usage de la torture...

Mieux encore : pour prouver son "innocence", on fait condamner les lampistes qui se contentaient d’exécuter nos ordres.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source