retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire La seconde guerre mondiale en photos
La seconde guerre mondiale en photos 3

L’Allemagne attaque à l’Ouest en 1940 (1ère partie)

L’invasion du Danemark et de la Norvège


Des soldats français pendant la drôle de guerre, au cours de l’hiver 1939-1940

Après l’écrasement de la Pologne a débuté ce que les Américains ont appelé "la drôle de guerre", car la Grande-Bretagne et la France, dont les armées étaient mobilisées, s’abstenaient d’attaquer l’Allemagne.


A la suite de l’écrasement de la Pologne par l’Allemagne et l’Union soviétique, et durant tout ce qui allait devenir « la drôle de guerre », les dirigeants politiques et militaires britanniques et français, n’osant attaquer directement l’Allemagne, ont eu l’idée de la priver du minerais de fer qu’elle importait de Suède. Les pays scandinaves étaient demeurés neutres et, à ce stade de la guerre, Adolf Hitler souhaitait qu’ils le restent.

La guerre soviéto-finlandaise de 1939-1940

A la fin novembre 1939, l’Union soviétique a attaqué la Finlande, mais cette attaque a d’abord été partout repoussée par les Finlandais, qui ont infligé de lourdes pertes aux troupes soviétiques. Toutefois, l’armée finlandaise étant numériquement très inférieure, elle ne pouvait résister seule éternellement.

Des soldats finlandais

Des tanks soviétiques capturés par les Finlandais

Sous prétexte de venir au secours de la Finlande, les Britanniques et les Français ont envisagé de débarquer un corps expéditionnaire à Narvik, en Norvège, et de là prendre le contrôle des mines de fer suédoises de Gällivare. Seule une partie du corps expéditionnaire serait réellement allée rejoindre l’armée finlandaise. Il a été décidé de lancer cette opération au mois de mars 1940.

Le cadavre d’un soldat soviétique

L’Altmark

Toutefois, le 16 février 1940, l’Altmark, un navire allemand revenant de l’Atlantique Sud avec des prisonniers britanniques, a été pris en chasse par des destroyers de la Royal Navy. L’Altmark s’est réfugié dans un fjord norvégien. Winston Churchill, alors premier lord de l’amirauté britannique, a donné l’ordre, au commandant du HMS Cossak, de pénétrer dans les eaux norvégiennes, d’aborder l’Altmark et de libérer les prisonniers.

L’Altmark

Le gouvernement norvégien s’est contenté de protester à propos de cette violation de ses eaux territoriales. Adolf Hitler s’est persuadé que le gouvernement norvégien était tacitement complice des britanniques et que la Norvège s’apprêtait à rejoindre le camp des alliés. De plus, les préparatifs de l’expédition décidée par les alliés, sous prétexte de secourir la Finlande, étaient un secret de Polichinelle.

Décision d’envahir le Danemark et la Norvège

Le 20 février 1940, Adolf Hitler a donné l’ordre de réunir des troupes pour s’emparer de la Norvège avant les alliés. Le 1er mars, des directives ont précisé les détails de l’invasion. Il a été décidé d’envahir également le Danemark, afin d’assurer les lignes de communication avec la Norvège.

Le 12 mars 1940, le Cabinet britannique a décidé de s’emparer non seulement du port de Narvik, mais également de Trondheim, Stavanger et Bergen. Depuis Navik, le corps expéditionnaire devait traverser rapidement la frontière suédoise, afin de s’emparer des mines de Gällivare.

Le 13 mars 1940, la Finlande a capitulé face à l’Union soviétique, privant les alliés de leur principal prétexte pour entrer en Norvège. Il en est résulté une série de réunions entre les dirigeants politiques britanniques et français et ces réunions ont retardé l’exécution du projet d’invasion de la Norvège. Un premier contingent de troupes alliées devait s’embarquer pour la Norvège le 8 avril 1940.

Les cadavres de soldats finlandais à Kuhmo

Le 14 mars 1940, les Allemands ont intercepté un message radio qui donnait l’ordre aux transports de troupes alliés de se tenir prêts à appareiller. Le 15 mars, un certain nombre d’officier français sont arrivés dans le port norvégien de Bergen.

L’invasion

Le 1er avril 1940, Adolf Hitler a décidé que l’attaque allemande aurait lieu le 9, au début de la matinée.

Le corps expéditionnaire allemand comptait seulement 10000 hommes. A aucun endroit ne devaient initialement débarquer plus de 2000 hommes. Ce corps expéditionnaire comprenait également 2 croiseurs de bataille, 1 cuirassé de poche, 7 croiseurs, 14 destroyers, 28 U-Boote et quelques bâtiments auxiliaires. Un bataillon de parachutistes devait s’emparer des aérodromes d’Oslo et de Stavanger. Le facteur le plus décisif du succès allemand allait être la Luftwaffe, avec environ 800 avions opérationnels et 250 avions de transport. Cette puissante aviation devait intimider les Norvégiens au cours de la phase initiale et ensuite paralyser les tentatives de mouvements des alliés.

Le 9 avril 1940, transportés pour la plupart par des bâtiments de guerre, les premiers détachements allemands sont arrivés dans les principaux ports norvégiens, depuis Oslo jusqu’à Narvik, et ils s’en sont emparés sans grande difficulté. L’armée norvégienne n’avait même pas été mobilisée. Le Danemark a été envahi avec la même facilité.

Le croiseur léger allemand Königsberg attaqué par l’aviation britannique, à Bergen, en Norvège, en avril 1940

Des soldats allemands attaquent près de Leiteberget, en Norvège, en avril 1940

Une semaine après l’invasion allemande, les Britanniques ont débarqué 13000 soldats à Namsos et Aandalsnes, dans l’idée de prendre Trondheim en tenaille. Il y avait moins de 2000 Allemands dans le secteur. Mais ces Allemands se sont bien défendus et les troupes alliées étaient harcelées par la Luftwaffe, si bien que les officiers responsables ont recommandé l’évacuation du corps expéditionnaire. Le rembarquement des deux détachements s’est achevé le 2 mai 1940.

Un blindé allemand en Norvège en avril 1940

Entre temps, le 14 avril 1940, un débarquement britannique a eu lieu dans le secteur de Narvik, mais le général qui commandait ces troupes était d’une extrême prudence. Même après que ses effectifs aient été portés à 20000 hommes, il n’a que très lentement progressé vers la ville, défendue par 2000 Allemands. Finalement, les forces alliées de Narvik allaient être évacuées à leur tour, le 7 juin 1940, par suite de l’invasion de la France par l’Allemagne.

Des soldats allemands en Norvège, en 1940

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source