retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (5ème partie) : Mai 2004
Reuters, 13 mai 2004

Proche Orient : Un nouveau raid israélien fait 10 morts dans le sud de la bande de Gaza


GAZA (Reuters) - Dix Palestiniens ont été tués lors d’attaques au missile dans le sud de la bande de Gaza où l’armée israélienne a perdu onze soldats dans les affrontements les plus violents depuis deux ans.

La nouvelle spirale de la violence a relancé le débat entre partisans et adversaires du plan unilatéral de retrait des colonies juives de Gaza d’Ariel Sharon. Le plan a été rejeté par une majorité des membres du Likoud, le parti du Premier ministre israélien.


Au moins sept Palestiniens ont été tués par un tir de missiles israélien, dans la nuit de mercredi 12 mai à jeudi 13 mai 2004, dans le camp de réfugiés palestiniens de Rafah, non loin de l’endroit où des résistants avaient, mercredi 12 mai 2004, fait sauter un véhicule blindé de troupes israélien, tuant cinq occupants. L’armée israélienne a déclaré qu’il s’agissait de résistants qui s’apprêtaient à mener de nouvelles attaques à la bombe contre des soldats.

Quelques heures plus tard, une deuxième frappe de missiles tuait dans ce même camp trois Palestiniens, selon des secouristes. L’armée israélienne n’a pas commenté cette information.

Mardi 11 mai 2004, six militaires israéliens avaient péri lorsque leur véhicule blindé avait sauté sur une mine lors d’un raid militaire de l’armée dans le quartier de Zeïtoun, un fief résistant situé dans la ville de Gaza.

Jeudi 13 mai 2004 au matin, les forces israéliennes se sont retirées de Zeïtoun dans le cadre, selon des sources palestiniennes, d’un accord acquis grâce à une médiation égyptienne et prévoyant la restitution, par les résistants, des restes des Israéliens tués.

Maisons dynamitées

D’après des secouristes palestiniens, 16 personnes -des résistants et des passants- ont été tués et 185 blessés lors de l’opération de l’armée israélienne qui a duré deux jours. Après le départ des Israéliens, des milliers de Palestiniens se sont précipités dans les rues de Zeïtoun pour examiner l’étendue des dégâts.

"(Nos soldats) ont fini de dynamiter des maisons et des ateliers où nous avions trouvé des mortiers et du matériel servant à la fabrication de roquettes ’Kassem’ et d’explosifs", a déclaré à la radio le général Moshe Yaalon, chef d’état-major de l’armée israélienne.

L’armée israélienne avait confirmé peu avant avoir perdu cinq hommes -quatre soldats et un officier- dans une attaque contre leur véhicule blindé revendiquée par le Djihad islamique non loin de Rafah, le long de la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte.

La bande de Gaza a vécu au rythme d’affrontements et d’embuscades au cours des 48 dernières heures, depuis une incursion de l’armée israélienne dans la ville de Gaza dans la nuit de lundi 10 mai à mardi 11 mai 2004.

Cette nouvelle spirale de la violence a relancé le débat en Israël sur le plan de désengagement unilatéral présenté par le Premier ministre, Ariel Sharon. Son projet d’évacuation des 7500 colons juifs vivant dans la bande de Gaza a été rejeté par les militants de son parti, le Likoud. Mais les sondages indiquent que la plupart des Israéliens estiment que ce territoire doit être abandonné. "Nous sommes en guerre contre le terrorisme, et dans une guerre, il y a toujours des mauvais jours", a commenté, jeudi 13 mai 2004, au micro de Radio Israël, le vice-Premier ministre, Ehud Olmert. Le bras droit d’Ariel Sharon a ajouté que le chef du gouvernement travaillait à plan de désengagement qui répondrait aux inquiétudes du Likoud.

Remise des restes de six soldats tués mardi 11 mai 2004

Présentée par l’armée israélienne comme une opération antiterroriste contre des fabriques d’armes, l’incursion militaire, qui a débuté lundi 10 mai 2004 au soir à Zeïtoun, a fait côté palestinien au moins 16 morts, résistants ou simples passants, et 185 blessés.

L’armée israélienne a perdu de son côté six soldats, dont le véhicule blindé qui transportait des explosifs a été pulvérisé, mardi 11 mai, par une roquette antichar. Les restes de leurs dépouilles ont été remis, dans la nuit de mercredi 12 mai à jeudi 13 mai 2004, à des responsables israéliens au point de passage d’Erez, entre la bande de Gaza et le territoire israélien.

Ajoutées aux six soldats tués dans la ville de Gaza, ces pertes sont les plus lourdes essuyées par l’armée israélienne dans les territoires palestiniens depuis la mort de 13 soldats en avril 2002 dans une embuscade tendue dans un camp de réfugiés de Djénine, en Cisjordanie.

Nidal AL-MOUGHRABI

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source