retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 3 mai 2010

Egypte : Manifestations pour la hausse du salaire minimum

par Mona SALEM


Un livreur de pain, au Caire, le 2 mai 2010

Couchés sur des couvertures en laine, des dizaines d’employés et d’ouvriers égyptiens campent devant le Parlement depuis des semaines pour réclamer de meilleures conditions de travail, reflétant la frustration de nombreux travailleurs se plaignant de l’incurie du gouvernement.

Egypte


Le trottoir du Parlement, dans le centre du Caire, est devenu depuis plusieurs semaines le point de ralliement de dizaines de manifestations de mécontentement face au chômage ou la vie chère. La plupart des protestataires campent là 24 heures sur 24, dormant à même le sol et se lavant dans les toilettes d’une mosquée voisine Fonctionnaires, ouvriers sans emploi après la privatisation de leur usine ou personnes handicapées réclamant le respect de leurs droits protestent inlassablement devant le bâtiment, en espérant être entendus. Tolérés par la police, les cortèges et sit-in témoignent d’un malaise social profond. Ce mécontentement peine toutefois à déboucher sur des mouvements d’ampleur, comme ceux qui avaient secoué le pays dans les années 1970 en raison de la libéralisation des prix alimentaires du temps du président Anouar Al-Sadate, ou plus récemment des grèves de 2007/2008, notamment dans des cités industrielles. Une inflation aux alentours de 10 %, des flambées de prix ou des pénuries de certains produits de base -bonbonnes de gaz domestique, gazole, viande de boeuf- ont ces derniers mois aggravé l’exaspération d’une partie de la population. Le 30 mars 2010, un tribunal a demandé au gouvernement de fixer un nouveau salaire minimum en Égypte, où près de 40 % de la population vit autour du seuil de pauvreté.

Manifestation antigouvernementale, au Caire, le 2 mai 2010

Mervat Rifaï, âgée de 34 ans, employée d’un organisme dépendant du ministère de l’Agriculture, bat le pavé devant l’Assemblée du Peuple depuis plus d’un mois. « Ils ignorent totalement nos revendications mais nous resterons, parce qu’après tout ça je ne rentrerai pas les mains vides », affirme-t-elle. Mme Rifaï a laissé ses trois enfants à leur père et aux voisins dans sa petite ville du gouvernorat de Beheira, dans le delta du Nil. « Nos salaires se situent entre 60 livres égyptiennes (LE, 10 dollars) et 95 LE (16 dollars) par mois », dit-elle. À quelques mètres de Mme Rifaï manifestent des employés d’une compagnie fabriquant des téléphones, qui n’ont pas été payés depuis quatre mois. La compagnie, privatisée en 2000, a cessé le travail. « Le patron nous dit « le gouvernement vous a vendus, pourquoi voudriez-vous que je vous achète ? », dit Hicham Higazi, un employé âgé de 39 ans. « Le patron a fait exprès de cesser le travail, en prétextant que la compagnie perd de l’argent, pour vendre le terrain sur lequel elle est construite », assure pour sa part Abdallah Khauli, âgé de 43 ans, qui y travaille depuis seize ans. Mais un ingénieur de la même compagnie, qui emploie plus de 1200 personnes, affirme que « les appareils que fabriquait l’usine n’ont pas pu rivaliser avec les téléphones chinois dont le marché égyptien est inondé ». Des personnes handicapées sont aussi venues protester. « Nos revendications sont simples : nous voulons un logement et l’application de la loi selon laquelle 5 % des postes doivent être réservés aux handicapés », dit Mahroussa Salem Hassan, âgée de 30 ans. « Pourquoi les handicapés sont-ils privés du droit aux soins, alors que les femmes de ministres se font soigner aux frais de l’État pour des millions de dollars ? », se demande-t-elle. Selon des informations de presse, non démenties par le gouvernement, certains ministres et leurs épouses se seraient fait soigner pour des millions de dollars à l’étranger aux frais de l’État.

Mona SALEM

Des policiers face aux manifestants, au Caire, le 2 mai 2010

AUTEURS 

  • Mona SALEM

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source