retour article original

mardi 21 octobre 2014
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (2ème partie) : Du 8 mars 2004 au 20 mai (...)
AP, Reuters,14 mai 2004

Crimes de guerre américains : Les ex-détenus de Guantanamo parlent des sévices subis


SAN JUAN, Puerto Rico (AP) - Deux détenus libérés de la base américaine de Guantanamo Bay à Cuba ont déclaré que les prisonniers y étaient forcés à se dévêtir et étaient enchaînés au sol durant des heures, tandis que les geôliers utilisaient des chiens ou de la musique assourdissante pour leur extraire des aveux.

Dans une lettre ouverte envoyée, jeudi 13 mai 2004, au président américain George W. Bush et au comité des services armés du Sénat américain, les ressortissants britanniques Shafiq Rasul et Asif Iqbal ont raconté en détail les sévices qu’ils auraient subis pendant leurs deux années de détention à Guantanamo.


Selon ces deux anciens détenus, ils étaient forcés à garder leurs mains enchaînées entre leurs jambes durant des heures d’interrogatoire. Les gardes utilisaient de la lumière stroboscopique, des chiens et de la musique -notamment celle du rappeur américain Eminem- pour leur extraire des informations.

Les prisonniers n’étaient pas non plus autorisés à utiliser les toilettes durant les interrogatoires qui duraient parfois plus de 12 heures. Rasul et Iqbal ont déclaré que les détenus étaient souvent forcés à se déplacer entièrement nus, en guise de punition pour des délits mineurs, et ce même en présence des gardiens du sexe opposé.

Ces allégations surviennent alors que l’armée américaine tente de gérer le scandale né de la révélation des sévices, notamment sexuels, subis par les prisonniers irakiens à la prison d’Abou Ghraïb, en Irak.

"Nous n’avons jamais appliqué aucune de ces techniques", a déclaré le colonel Leon Sumpter, porte-parole de la mission américaine de détention de Guantanamo.

Associated Press

"Dès notre arrivée à Guantanamo Bay (et, en fait, longtemps avant), nous avons été délibérément humiliés et avilis à l’aide de méthodes que des responsables américains nient, d’après ce que nous avons lu", déclarent Chafik Rasoul et Asif Ikbal dans une lettre ouverte adressée au président des Etats-Unis ainsi qu’aux membres de la commission des Forces armées du sénat américain.

Selon leur avocate, Barbara Olshansky, les deux hommes font référence à une déclaration du colonel David McWilliams, porte-parole du commandement Sud de l’armée américaine, qui assurait, le 9 mai 2004, dans les colonnes du Washington Post, qu’aucun protocole n’autorisait à dévêtir les détenus.

Ils s’insurgent également contre les déclarations selon lesquelles les règles de Guantanamo interdisent les pratiques qui semblent avoir été mises en oeuvre en Irak.

Extreme Reaction Force

Ikbal et Rasoul affirment notamment qu’ils étaient parfois enchaînés avec les mains entre les jambes et attachés au sol pour des interrogatoires qui pouvaient durer des heures. Lumières stroboscopiques, musique assourdissante ou exposition au froid étaient également utilisées, ainsi que des chiens pour effrayer les détenus, poursuivent-ils.

Parfois, des prisonniers restaient nus dans la salle d’interrogatoire et "des femmes y étaient introduites pour les provoquer (...) ou les molester". "Il était très clair au yeux de tous que cela arrivait en particulier aux détenus vulnérables, spécialement ceux dont le passé islamique était le plus stricte", soulignent les deux Britanniques.

Ils évoquent en outre des passages à tabac infligés par des gardiens appartenant à l’"ERF", Extreme Reaction Force, dont les méthodes ont été baptisées "Erfing".

Enfin, ils déclarent avoir admis sous la pression leur présence sur un enregistrement vidéo datant d’août 2000 dans lequel apparaissent Oussama ben Laden et Mohammed Atta, l’un des pilotes du 11 septembre 2001, alors qu’ils disposent de documents prouvant qu’ils se trouvaient en Grande-Bretagne au moment de ce tournage.

Libérés, Rasoul et Ikbal ont quitté Guantanamo le 8 mars.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source