retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Grande-Bretagne
AFP, 23 mai 2010

Corruption : Sarah Ferguson monnayerait l’accès à son ex-mari, le prince Andrew


Sarah Ferguson en compagnie d’Andrew Windsor

L’ex-épouse du prince Andrew, Sarah Ferguson, a été filmée en train d’accepter une forte somme d’argent d’un journaliste sous couverture pour qu’elle le présente à son ancien mari, "ambassadeur" du commerce britannique dans le monde, a affirmé, dimanche 23 mai 2010, un tabloïd britannique.

Grande-Bretagne


Depuis 2001, le prince Andrew est représentant spécial du Royaume-Uni pour le commerce international et les investissements. Le journal dominical News of the World a rendu public une vidéo où Sarah Ferguson accepterait de "vendre" son accès privilégié au duc d’York -avec qui elle est restée proche depuis leur divorce, en 1996- pour 500000 livres (575000 euros) à un journaliste de l’hebdomadaire se faisant passer pour un riche homme d’affaires étranger. News of the World affirme que, lors de cette rencontre, qui aurait eu lieu mardi 18 mai 2010, la quinquagénaire aurait accepté une avance en liquide de 40000 dollars (31800 euros), après quoi elle aurait déclaré : "Je peux ouvrir toutes les portes que vous souhaitez". "500000 livres, quand vous pouvez, à moi", aurait précisé la duchesse d’York, selon la bande-son de cette vidéo mise en ligne sur le site du journal. Elle aurait demandé que la somme soit transférée sur son compte bancaire britannique puis réclamé un pourcentage sur les affaires découlant de son intervention. Elle aurait, selon le tabloïd, rencontré le faux homme d’affaires à deux reprises : dans un hôtel de New York, et dans un club privé de Londres avant de se rendre dans un appartement à proximité où l’argent liquide lui aurait été remis. Dans son édition papier, le tabloïd a précisé que le prince Andrew n’était pas au courant de cette transaction, même si la duchesse aurait indiqué à son interlocuteur en avoir discuté avec son ancien mari. "Andrew m’a dit : "dis-lui 500000 livres ", aurait-elle dit. "Il sait qu’il a dû me venir en aide jusqu’à maintenant, parce que je n’ai pas d’argent. Donc si vous souhaitez le rencontrer pour vos affaires, prenez soin de moi et il prendra soin de vous. (...) Vous en récupèrerez dix fois plus", aurait-elle précisé au journaliste sous couverture. Une porte-parole du palais de Buckingham s’est refusée, dimanche 23 mai, à tout commentaire. Dans son édition papier, le tabloïd a précisé que le prince Andrew n’était pas au courant de cette transaction, même si la duchesse aurait indiqué à son interlocuteur en avoir discuté avec son ancien mari. "Andrew m’a dit : "dis-lui 500000 livres ", aurait-elle dit. "Il sait qu’il a dû me venir en aide jusqu’à maintenant, parce que je n’ai pas d’argent. Donc si vous souhaitez le rencontrer pour vos affaires, prenez soin de moi et il prendra soin de vous. (...) Vous en récupèrerez dix fois plus", aurait-elle précisé au journaliste sous couverture.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source