retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AP, 14 mai 2004

Irak : Washington doit accepter la fin de l’occupation de l’Irak au 30 juin 2004, selon Michel Barnier, ministre français des Affaires étrangères


NEW YORK (AP) - Le ministre français des Affaires étrangères Michel Barnier, qui effectue sa première visite aux Etats-Unis, a déclaré, jeudi 13 mai au soir, que Washington devait accepter le fait que l’occupation de l’Irak prendra fin au 30 juin 2004, lors du transfert de l’autorité à un gouvernement intérimaire irakien, même si les soldats américains conduiront la force maintenue dans le pays.

Pour Michel Barnier, l’administration Bush doit comprendre qu’il doit y avoir "une vraie fracture" et que le gouvernement intérimaire doit être consulté sur les mouvements et l’utilisation de la force multinationale.


"Et cette fracture sera confirmée par les élections en janvier 2005", a souligné M. Barnier, avant d’ajouter : "le gouvernement irakien doit être en position de gérer ses affaires, prendre en main l’économie, la justice, gérer ses ressources naturelles, gérer les forces de sécurité intérieure -au moins la police. Et ce gouvernement doit aussi avoir son mot à dire sur l’utilisation de la force multinationale qui sera en place en Irak entre juillet 2004 et janvier 2005".

Le chef de la diplomatie française a exclu que Paris envoie des troupes dans le cadre de cette force multinationale, mais a assuré que la France travaillera "dans un esprit constructif" sur une nouvelle résolution des Nations Unies sur le transfert de souveraineté, soulignant que la France et les Etats-Unis "ont toujours été amis et alliés".

Le ministre français s’exprimait tard, jeudi 13 mai 2004 au soir, au cours d’une conférence de presse, à l’issue d’un dîner de travail avec le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan. Ce dîner a porté sur les efforts entrepris par l’émissaire de Kofi Annan pour l’Irak, Lakhdar Brahimi, pour mettre en place un gouvernement de transition acceptable pour reprendre la souveraineté des mains de la coalition.

Interrogé sur RTL, avant ce dîner de travail, Michel Barnier a souligné : "On voit bien que la solution ne peut être que politique. Et je pense que pendant ces quelques mois, de juin 2004 à janvier 2005, ces forces multinationales dans lesquelles les Américains auront une part très importante, auront intérêt à écouter et à avoir une concertation avec le gouvernement irakien pour savoir quels types d’opérations il faut faire.

"La clef du succès, c’est qu’on respecte les Irakiens, qu’on leur fasse confiance et que l’état d’esprit des forces qui occupent actuellement soit différent à partir du 1er juillet 2004. Il n’y a pas de fatalité à ce que des forces américaines ou internationales soient en Irak. Ce que nous devons souhaiter, c’est que le plus tôt possible les Irakiens soient chez eux en Irak".

Michel Barnier est attendu, vendredi 14 mai 2004, à Washington, pour une réunion des ministres des Affaires étrangères du G8 où, là aussi, l’Irak sera à l’ordre du jour.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source