retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire La seconde guerre mondiale en photos
La seconde guerre mondiale en photos 5

La bataille d’Angleterre


Un Spitfire

Le déclenchement de l’offensive allemande à l’Ouest, en mai 1940, a entraîné la démission du premier ministre britannique, Neville Chamberlain, et son remplacement par Winston Churchill.

Winston Spencer Churchill

L’évacuation du corps expéditionnaire britannique, à Dunkerque, s’est traduite par la perte de la quasi totalité du matériel militaire, abandonné en France. Pour défendre la Grande-Bretagne, il ne restait pratiquement que la Royal Navy et la Royal Air Force.


Après la chute de la France, Adolf Hitler s’attendait à ce que la Grande-Bretagne demande à négocier la paix. Aucun plan d’invasion de la Grande-Bretagne n’avait été prévu par l’état-major allemand. Il a fallu en improviser un et rassembler, dans les ports de la Manche et de la mer du Nord, des quantités de navires destinés à l’armée d’invasion.

Un Junker JU-88 allemand sur un aérodrome français

Un Messerschmitt 109

Pour qu’un projet d’invasion, à travers la Manche, puisse réussir, il fallait que la Luftwaffe soit maîtresse du ciel et puisse empêcher la Royal Navy d’attaquer les navires allemands chargés de troupes. Pour acquérir la maîtrise du ciel, il fallait vaincre la Royal Air Force. Le salut de la Grande-Bretagne dépendait donc de ses pilotes de chasse.

Des Spitfires

Un Defiant

Les pertes de la Luftwaffe étaient nettement supérieures à celles de la RAF. De plus, les pilotes britanniques, après avoir sauté en parachute au-dessus de l’Angleterre, pouvaient reprendre le combat, tandis que les pilotes allemands étaient prisonniers.

Alimentation des mitrailleuses d’un Spitfire sur l’aérodrome de Duxford, en septembre 1940

On refait le plein de munitions d’un Hurricane

Des pilotes britanniques se précipitent vers leurs Hurricanes

Après plusieurs mois de bombardements et de féroces combats aériens, la Luftwaffe a renoncé à détruire la RAF. Adolf Hitler avait renoncé à l’invasion de la Grande-Bretagne. Désormais, il comptait sur les sous-marins pour priver la Grande-Bretagne de ravitaillement et la contraindre à capituler.

Un observateur antiaérien à Londres

Un bombardier allemand Heinkel 111 au-dessus de Londres, en 1940

Des enfants observent les combats aériens depuis une tranchée

Vue de Londres pendant un bombardement allemand

Des pompiers combattent un incendie à Londres

Une rue de Londres bombardée

Un laitier à Londres

Des pompiers auxiliaires se reposent entre deux alertes

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source