retour article original

mardi 22 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (6ème partie) : Du 16 mai 2004 au 15 juin 2004
AFP, 17 mai 2004

Irak : Un membre du gouvernement potiche irakien tué dans un attentat à Bagdad


BAGDAD (AFP) - Le président en exercice de l’exécutif irakien Abdel Zahra Osmane Mohammad, dit Ezzedine Salim, a été tué dans un attentat à la voiture piégée, lundi 17 mai 2004 au matin, à l’entrée de la Zone verte, à Bagdad, ont indiqué deux responsables irakiens.


"Il y avait un convoi qui s’apprêtait à entrer dans la Zone verte quand l’explosion s’est produite. Ezzedine Salim a été tué dans l’explosion", a indiqué Hamid al-Bayati, porte-parole du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), membre de l’exécutif.

"Il est mort suite à l’explosion d’une voiture piégée contre son convoi. Des gardes sont morts avec lui", a déclaré pour sa part Imad Chebib, vice-président de l’Entente nationale, également membre du Conseil de gouvernement provisoire mis en place par les Américains.

Plusieurs voitures ont été endommagées près de l’entrée située dans le quartier Harithiya, dans l’ouest de Bagdad. Des soldats américains et des policiers ont bouclé le secteur, où se trouvaient des ambulances.

L’explosion s’est produite vers 09h30 (04h30 GMT). Un photographe de l’AFP, arrivé sur les lieux, a vu des voitures en feu sur le lieu de l’explosion, situé à 500 mètres du siège du parti de l’Entente nationale, représenté au sein du Conseil de gouvernement provisoire mis en place par les Américains.

Dans le même temps, le sud et le centre de l’Irak se sont enflammés avec l’intensification des affrontements entre les forces de la coalition à les résistants radicaux chiites, faisant au moins 15 tués, tandis que Washington a réaffirmé que son armée restera en Irak "juqu’à ce que le travail soit achevé".

A Nassiriyah, ville chiite du sud, les affrontements entre carabiniers italiens et les résistants du jeune leader chiite Moqtada al-Sadr ont duré près de six heures, dans la nuit de dimanche 16 mai à lundi 17 mai 2004, et fait neuf tués, des civils et résistants, et blessé 14 autres.

A Kerbala, ville sainte chiite à 110 km au sud de Bagdad, au moins cinq résistants ont été tués et 32 autres blessés dans des échanges de tirs, durant la nuit de dimanche 16 mai à lundi 17 mai 2004, entre soldats de la coalition et partisans de Moqtada al-Sadr.

Une colonne de chars de la coalition avait fait, dimanche 16 mai 2004, une incursion dans le coeur de la ville, dans un secteur où se trouvent les résistants, s’arrêtant brièvement devant les mausolées de l’imam Hussein et de l’imam Abbas.

Au sud de Bagdad, un soldat américain a été mortellement blessé, dimanche 16 mai 2004, et deux autres blessés dans un échange de tirs. Cette mort porte à 783 le nombre de soldats américains tués au combat ou accidentellement en Irak depuis le déclenchement de la guerre en mars 2003.

A moins de deux mois du transfert de souveraineté des forces de la Coalition aux autorités irakiennes, le 30 juin 2004, les Etats-unis ont réaffirmé par la voix de Condoleezza Rice, la conseillère pour la sécurité nationale du président George W. Bush, que leurs troupes allaient rester en Irak "jusqu’à ce que le travail soit achevé".

Mais selon une source officielle britannique de haut rang, citée par le quotidien conservateur britannique Le Times de lundi 17 mai 2004, Londres et Washington sont en train d’élaborer une "stratégie" qui permettrait aux troupes de la coalition de quitter l’Irak "aussitôt que possible".

"Nous n’allons pas nous enfuir. Mais le but est d’élaborer une stratégie qui permette aux Irakiens de prendre contrôle (de leur sécurité) aussi vite que possible et nous permette de partir aussitôt que possible", a déclaré cette source citée anonymement. "Un changement de vitesse" a été décidé par Londres et Washington en ce qui concerne le scénario de retrait des troupes de la coalition.

A Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a indiqué, lundi 17 mai, que la force multinationale, qui devrait prendre en charge la sécurité en Irak après le 30 juin 2004, comprendra probablement des pays arabes. "Je pense qu’il sera question d’une force multinationale dans laquelle resteront les soldats américains et des autres pays de la coalition. A ceux-ci s’ajouteront probablement des contingents d’autres pays, arabes notamment", a indiqué M. Lavrov à son retour de Washington où il a participé à une réunion des ministres des Affaires étrangères du G8 (les pays les plus industrialisés). La force multinationale autorisée par l’ONU, dont le déploiement est envisagé en Irak après la remise du pouvoir aux Irakiens fin juin 2004, sera sous commandement américain.

Le ministre russe a également indiqué que son pays tentait d’établir un contact direct avec les ravisseurs de deux Russes en Irak. Une organisation jusqu’alors inconnue a revendiqué, dimanche 16 mai 2004, l’enlèvement de deux Russes en Irak.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source