retour article original

samedi 20 décembre 2014
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (2ème partie) : Du 8 mars 2004 au 20 mai (...)
AP, 18 mai 2004

Crimes de guerre américains : Trois employés irakiens de Reuters maltraités par les forces américaines


LONDRES (AP) - L’agence de presse britannique Reuters a fait savoir, mardi 18 mai, que deux de ses journalistes et un chauffeur irakiens avaient été frappés, maltraités et humiliés dans un camp militaire américain près de Falloudjah en janvier 2004.


Ces trois hommes ont notamment été contraints à faire des choses humiliantes devant les soldats qui riaient, se moquaient d’eux et prenaient des photos. Ils ont raconté qu’on les avait forcés à mettre leurs chaussures dans la bouche, ou encore leur doigt dans l’anus avant de le lécher.

Détenus du 2 au 5 janvier 2004, ces employés ont raconté leur calvaire à leur employeur après leur libération. Ils n’ont accepté de le rendre public qu’une fois que l’armée américaine ait affirmé qu’il n’existait pas de preuves de ces mauvais traitements, et après que les révélations sur les sévices à la prison d’Abou Ghraïb près de Bagdad ont montré que ces pratiques avaient lieu dans d’autres endroits également.

"L’enquête américaine dans cette affaire reste totalement insatisfaisante pour ce qui nous concerne. Nous voudrions les exhorter à réévaluer leur enquête à la lumière des événements récents", a déclaré la porte-parole de Reuters à Londres, Susan Allsopp. Le caméraman basé à Bagdad Salem Ureibi, le journaliste freelance Ahmad Mohammad Hussein al-Badrani et le chauffeur Sattar Jabar al-Badrani avaient été arrêtés alors qu’ils couvraient les suites de la chute d’un hélicoptère américain près de Falloudjah. Dans un rapport rendu public avant les révélations sur Abou Ghraïb, l’armée américaine avait conclu à l’absence de preuves de mauvais traitements contre l’équipe de Reuters.

Lundi 17 mai, précise l’agence, Reuters a reçu une lettre, datée du 5 mars 2004 et signée du général Ricardo Sanchez, commandant des forces terrestres en Irak, dans laquelle il se disait convaincu que l’enquête avait été menée de manière "scrupuleuse et objective".

Selon Reuters, le Pentagone n’a pas répondu à une demande de l’agence de réévaluer l’incident à la lumière du scandale d’Abou Ghraïb.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source