retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (6ème partie) : Du 16 mai 2004 au 15 juin 2004
AFP, 20 mai 2004

Irak : Ahmad Chalabi dénonce l’arbitraire de l’occupant


BAGDAD (AFP) - Ahmad Chalabi, allié privilégié et protégé des Américains au début de la guerre en Irak en 2003, a annoncé, jeudi 20 mai 2004, sa rupture avec la coalition dirigée par les Etats-Unis, après la perquisition de sa maison et de ses bureaux par la police irakienne et l’armée américaine.


"Ma relation avec l’Autorité provisoire de la coalition (CPA) n’existe plus dorénavant", a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Bagdad. "Je suis le meilleur ami des Etats-Unis en Irak ; si la CPA juge nécessaire de diriger une attaque armée contre ma maison, vous pouvez imaginer l’état des relations entre la CPA et le peuple irakien", a ajouté M. Chalabi.

Il a expliqué qu’un affrontement avait été évité de peu lors d’un raid contre sa maison, dans la nuit de mercredi 19 mai à jeudi 20 mai 2004. "Ma maison a été attaquée (mercredi) à 11h00 (07h00 GMT) par la police irakienne et la police militaire américaine. Un affrontement avec mes gardes a été évité de justesse", a déclaré M. Chalabi. Il a affirmé qu’il avait été réveillé au début de l’opération et que les policiers avaient des armes à feu. Selon lui, des documents et des ordinateurs ont été saisis lors des perquisitions.

Plus tôt, un porte-parole du parti de M. Chalabi, le Congrès national irakien (CNI), avait indiqué que les forces américaines et la police irakienne avaient perquisitionné jeudi le bureau du membre du Conseil de gouvernement dans le sud de Bagdad. "A 06h00 (02h00 GMT), une centaine de soldats américains et de policiers irakiens ont encerclé le bureau de M. Chalabi, y ont pénétré en affirmant être à la recherche d’un suspect dont ils ont montré la photo aux gardes", selon le porte-parole, Haidar al-Moussaoui. "Ils ont tout confisqué, sans avoir même aucune autorisation pour entrer dans cette maison. Ils ont pris des armes des gardes qui possédaient pourtant un permis de port d’armes, des ordinateurs, des documents", a-t-il ajouté.

Considéré jusqu’à récemment comme l’homme du Pentagone en Irak, M. Chalabi, un chiite laïc, a aussi appelé le président George W. Bush à transférer sans délai la souveraineté au peuple irakien. "Mon message à la CPA est de laisser mon peuple retrouver sa liberté. Nous sommes reconnaissants au président Bush d’avoir libéré l’Irak mais il est temps que le peuple irakien dirige ses affaires", a-t-il encore dit.

Quelques heures après la conférence de presse de M. Chalabi, le porte-parole de la coalition Dan Senor a affirmé que l’opération menée contre les bureaux et la maison du responsable irakien avait été menée par des Irakiens. "M. Chalabi a travaillé étroitement avec nous durant les derniers mois" dans le cadre de la reconstruction de l’Irak, a-t-il ajouté.

M. Chalabi a vivement critiqué récemment la politique américaine, notamment après l’assassinat lundi d’Ezzedine Salim, président en exercice du Conseil de gouvernement. Le secrétaire adjoint américain à la Défense Paul Wolfowitz a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient cesser de financer son parti.

Cette tension entre un responsable irakien et la coalition intervient à quelque 40 jours du transfert du pouvoir des autorités d’occupation aux Irakiens, prévu le 30 juin 2004, et au moment où les forces d’occupation font face à une recrudescence de la violence.

M. Chalabi a par ailleurs affirmé que le dirigeant radical chiite Moqtada al-Sadr, dont les résistants, l’Armée du Mehdi, combattent depuis plus d’un mois les forces de la coalition à Bagdad et au sud de la capitale, avait "le droit" de recevoir de l’argent de musulmans.

Fils d’une richissime famille de banquiers, M. Chalabi a su tisser des relations rapprochées avec les faucons du Pentagone et le vice-président Dick Cheney, en dépit d’une condamnation pour fraude en Jordanie, devenant avant la guerre l’une des principales figures de l’opposition irakienne.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source