retour article original

dimanche 23 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Algérie
AFP, 21 septembre 2010

Algérie : Deux ouvriers jugés pour avoir rompu le jeûne


A droite, le bâtiment en construction dans lequel se trouvaient les deux prévenus, abrités derrière le mur de briques .A gauche, le commissariat de police

Un "procès peu banal et atypique", selon le quotidien Le Soir d’Algérie. Mardi 21 septembre 2010 s’ouvre le jugement de deux ouvriers du bâtiment, dans l’est kabyle de l’Algérie, à Aïn el Hammam. Ils sont accusés de ne pas avoir jeûné durant le Ramadan.

Algérie


Les deux hommes, deux quadragénaires, Hocine Hocini et Salem Fellak, ont été interceptés par la police, le 13 août, alors qu’ils avaient rompu le jeûne sur leur lieu de travail, dans l’enceinte d’un immeuble privé en construction. Déférés immédiatement devant le procureur de la république du tribunal de Aïn el Hammam, ils ont été inculpés pour atteinte à un précepte de l’islam, mais laissés en liberté. Leur procès, qui devait se tenir en plein Ramadan, avait finalement été renvoyé à mardi 21 septembre. Cette affaire a suscité déjà plusieurs rassemblements devant le tribunal de la localité. Un autre a commencé au moment de la comparution des deux hommes, notamment à l’appel du Collectif SOS Libertés. Une organisation qui a été créée en 2008 et qui regroupe en particulier des intellectuels favorables à la liberté de culte. "Je suis optimiste" sur l’issue de cette affaire, a déclaré l’un des deux accusés, Hocine Hocini, à sa sortie du tribunal. "Je n’ai pas de regret, je suis chrétien et je l’assume", a-t-il ajouté. "Nous sommes innocents, nous n’avons fait de mal à personne", a estimé Salem Fellak. Nous sommes chrétiens (protestants) et nous n’avons pas mangé dans un lieu public", a encore expliqué cet ouvrier. Ils connaîtront leur verdict le 5 octobre 2010.

Agence France Presse

Hocine Hocini

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source