retour article original

dimanche 30 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
Le Temps, 25 septembre 2010

Informations internationales : Fondation Hirondelle, le sacerdoce médiatique

par Caroline STEVAN



« Agatashya » signifie « hirondelle » en langue kinyarwanda. Un oiseau de bonne augure. La fondation Hirondelle -nom de la première radio lancée pour le Rwanda- fête ses quinze ans, samedi 25 septembre 2010, à Genève, et Radio Okapi, programme emblématique de l’organisation, vient de recevoir, à Vienne, le « Prix des médias libres ».


Le pari lancé en 1995 -apporter une information neutre et de qualité dans les zones en conflit- répond hélas à des besoins toujours d’actualité. « L’indépendance journalistique est une nécessité absolue en temps de guerre, afin que l’information ne relève pas d’un embrigadement », relève François Gross, cofondateur de la structure. « Un travail médiatique rigoureux joue un rôle social, citoyen et pacificateur considérable lors des conflits, poursuit Jean-Marie Etter, également cofondateur et directeur. D’abord parce que cela permet à l’information d’être moins sujette aux rumeurs, de ne pas être seulement un instrument émotionnel. Ensuite parce que cela donne une existence à la population ; quelqu’un a le droit de poser une question à un ministre et devant toute la nation. Cela change tout. » Lorsque Hirondelle lance des radios, en Afrique ou dans les Balkans, elles s’imposent rapidement et sont les plus écoutées du pays. Un succès qui tient tant au professionnalisme des équipes qu’aux moyens mis à disposition. Partout, la formule est la même : mixité des rédactions et des langues, journalistes suffisamment payés pour ne pas risquer d’être achetés, rigueur extrême dans la délivrance de l’information. Radio Agatashya a été pensée en 1994 -à l’époque sous l’égide de Reporters sans frontières- en réaction à la Radio des Mille collines, semeuse de haine à travers tout le Rwanda. Les autres ont suivi le modèle. « Nous avons construit peu à peu notre ligne éditoriale et trouvé la façon d’apparaître comme « la radio qui ne penche pas ». Par exemple, à nos débuts à Bukavu, lorsque nous évoquions une exaction commise par un camp, nous rappelions aussi les violences perpétrées par l’autre. Au Burundi, nous envoyions en reportage un Hutu et un Tutsi car nous savions que l’un aurait plutôt les informations de la police et l’autre celles des paysans alentour », se souvient Philippe Dahinden, cofondateur.

Les pressions sont permanentes. Le président libérien de l’époque, Charles Taylor, parviendra à faire fermer Star Radio au Liberia. Plusieurs journalistes seront exilés, cinq laisseront leur peau au Sud-Kivu. Le journaliste suisse Vincent Bourquin a travaillé plusieurs mois pour Okapi, en République démocratique du Congo. Il souligne l’importance de la formation, pour les rédactions comme pour l’auditoire : « C’est une nation entière qu’il faut éduquer. Les Congolais ayant vécu sous Mobutu puis Kabila n’avaient pas une grande expérience de l’indépendance. Les émissions critiques étaient une totale nouveauté pour eux. » Un mélange de magazines, discussions politiques, informations sanitaires et musique permet de fidéliser un public large. « Radio Okapi a son siège à Kinshasa, huit antennes à travers le pays et 30 millions d’auditeurs. On est loin de la Radio suisse romande ! », se réjouit Romaine Jean, membre du Conseil de fondation. Dotée d’un budget de 9 millions de francs suisses pour 2010 et soutenue notamment par la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC), la fondation Hirondelle est aujourd’hui présente en Sierra Leone, en République démocratique du Congo, au Soudan, en République centrafricaine et à Arusha en Tanzanie, sous forme d’une agence de presse couvrant les activités du Tribunal pénal pour le Rwanda. Travaillant souvent avec des partenaires locaux ou onusiens, l’organisation étudie actuellement un projet pour Bethléem, à la demande d’une école.

Caroline STEVAN

Liens liés a l'article.Le Temps

AUTEURS 

  • Caroline STEVAN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source