retour article original

mercredi 29 mars 2017
Vous êtes ici Accueil BD
27 septembre 2010

BD : Harold Foster

par Brian KANE


Harold Foster

La vie de Harold Rudolf Foster est une aventure qui n’a d’égale que celle des personnages qu’il a dessinés. "Hal" est née à Halifax, en Nouvelle-Écosse, au Canada, le 16 août 1892. A l’âge de 8 ans, il a dirigé un radeau de planches dans le port de Halifax. A 10 ans, il gouvernait un sloop dans l’Atlantique. Hal n’a jamais eu le mal de mer. « C’est la mer qui a eu le mal de Foster », a-t-il dit. Cette attitude par rapport à la vie allait le guider et devenir le fondement philosophique de sa création.

Autoportrait de Harold Foster


Le père de Harold Foster est mort quand il avait quatre ans. Sa mère s’est remariée huit ans plus tard. Le beau-père d’Harold Foster n’avait guère le sens des affaires, mais il inculqué à Harold Foster son amour du plein air et de la pêche dans les étendues sauvages autour de Halifax. En 1906, l’entreprise familiale a fait faillite, ce qui a entraîné le déplacement de la famille à Winnipeg, au Manitoba, où ils espéraient faire fortune grâce à l’essor des terres de l’Ouest. Harold Foster était âgé de 13 ans et a achevé ses études en neuvième année. Il a immédiatement commencé un cours d’auto-éducation à la Winnipeg Carnegie Library. Pour apprendre l’anatomie Harold Foster allait dans sa chambre et se dessinait nu devant un vieux miroir craquelé. Il a appris à dessiner rapidement par nécessité, à cause de la température glaciale.

En 1910, il est devenu artiste de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Harold Foster dessinait des femmes vêtues de lingerie pour le catalogue de vente par correspondance. En 1913, la dépression économique a contraint Harold Foster de se mettre à son propre compte. En 1915, il a rencontré et épousé Helen Wells. Le couple a travaillé comme guides de chasse en Ontario et au Manitoba. En 1917, ils ont obtenu une concession minière dans la région du lac Rice et ont commencé la prospection de l’or. Ils ont travaillé la mine d’or pendant près de trois ans avant de s’en faire déposséder par des usurpateurs illégaux.

A l’âge de 28 ans, avec une femme et deux fils à charge, Harold Foster a décidé d’apprendre l’art sérieusement. Il a persuadé un ami de l’accompagner dans un voyage en vélo de Winnipeg à Chicago. Le périple a duré deux semaines, sur des routes boueuses et poussiéreuses, mais le 28 août 1919 ils sont arrivés à Chicago. Harold Foster a pris un emploi à la Jahn & Ollier Engraving Company et s’est inscrit aux cours du soir du Chicago Art Institute. Il a ensuite complété cette formation avec des cours du soir à la National Academy of Design et à la Chicago Academy of Fine Art. Finalement, Harold Foster est allé travailler pour le prestigieux Palenske-Young Studio qui illustrait des publicités et des couvertures de magazines. Il a produit des travaux pour Nord-Ouest Livre, Popular Mechanics, Jekle Margarine, Southern Pacific Railroad, Illinois Pacific Railroad, et d’autres.

En 1927, Joseph H. Neebe, un associé de Harold Foster, s’est rendu à Tarzana, en Californie, pour rencontrer Edgar Rice Burroughs, l’auteur de Tarzan. Joseph H. Neebe, fondateur de Famous Books and Plays, Inc., avait eu l’idée d’adapter des récits populaire en bandes dessinées. Il voulait adapter Tarzan of the Apes (publié en feuilleton en 1912) et Edgar Rice Burroughs a accepté. Initialement, pour dessiner Tarzan, Joseph H. Neebe a contacté J. Allen St. John, un illustrateur de couvertures de magazines, mais celui-ci a refusé en apprenant quels seraient les délais de livraison des dessins. Joseph H. Neebe avait besoin d’un illustrateur doté de la sensibilité d’un bon artiste. Il s’est alors tourné vers Harold Foster.

Edgar Rice Burroughs

Le Tarzan de la bande dessinée, illustré par un Harold Foster âgé de 36 ans, a été présenté au public américain et canadien le 7 Janvier 1929. « Je n’avais pas d’instructions du tout. Seulement le récit. J’ai fait l’adaptation moi-même », a déclaré Harold Foster. Il a créé le Tarzan définitif. Il lui a attribué un air de noblesse qui allait ultérieurement influencer Burne Hogarth, Rubimor (Amilcar Ruben Moreira), Bob Lubbers, Russ Manning, Gil Kane, Mike Grell, Gray Morrow, Joe Kubert, John Buscema, et tous les autres artistes qui allaient dessiner l’homme singe. Une autre caractéristique de Harold Foster a été d’écrire les dialogues au bas des dessins, au lieu de les inscrire dans des bulles. Cette technique lui a permis de créer des compositions contenant des arrières plans incroyablement détaillés sans être gêné par le texte. Quand il a achevé son adaptation de Tarzan, il avait réalisé 300 planches.

Tarzan

Après cette expérience, Harold Foster est retourné à la publicité. Il considérait la bande dessinée comme un art mineur. Rex Hayden Maxon a été chargé de dessiner la suite des aventures de Tarzan. Plus tard cette année-là, la Grande Dépression a tari la plupart des recettes publicitaires et l’agence de publicité pour laquelle Harold Foster travaillait s’est retrouvée menacée par la faillite. A la demande d’Edgar Rice Burroughs, Joseph H. Neebe a une fois de plus contacté Harold Foster pour dessiner Tarzan. A contrecœur, par nécessité financière, Harold Foster a accepté l’offre. « J’ai été un peu choqué d’être invité à vendre mon droit d’aînesse pour un plat de lentilles, mais j’ai pensé que ce serait bien si j’avais un peu de lentilles immédiatement ». Le 27 septembre 1931, Harold Foster a repris Tarzan dans les pages du dimanche (Rex Hayden Maxon a continué sur les bandes quotidiennes). La famine et Tarzan avaient ramené Harold Foster à la bande dessinée.

Frustré par la pauvreté des scénarii et les contraintes liées au travail sur la propriété intellectuelle d’autrui, Harold Foster a commencé à travailler sur un personnage de sa conception, Derek, Fils de Thane. Harold Foster a ultérieurement changé le titre en Prince Arn et le directeur général du King Features Syndicate, Joseph Connelly, l’a finalement rebaptisé Prince Valiant. Harold Foster a décidé très tôt que son héros serait un chevalier de la Table ronde et a réalisé des dizaines de milliers de notes et de croquis. Au moment où il a achevé cela, il avait tracé l’histoire du « Prince de Thulé » de ses débuts à sa vieillesse. En 1936, Harold Foster a proposé son idée au United Features Syndicate. Dans ce qui est considéré par la plupart comme la pire décision commerciale de l’histoire de la bande dessinée, on a refusé son projet. L’offre faite par Harold Foster au United Features Syndicate l’avait été par courtoisie. Le magnat de la presse William Randolf Hearst voulait Harold Foster et « ce que Hearst voulait, Hearst l’obtenait ». Depuis dix-huit mois, Harold Foster avait correspondu avec un représentant du King Features Syndicate de William Randolf Hearst. Sans le savoir, William Randolf Hearst s’était privé de Harold Foster en 1928, quand il a refusé la proposition initiale de Tarzan faite par Joseph H. Neebe et il n’allait pas commettre la même erreur à nouveau. Le magnat de la presse avait été tellement impressionné par le travail de Harold Foster sur Tarzan qu’il lui a promis la propriété complète de toute bande dessinée qu’il réaliserait -une offre très rare à l’époque. Le premier épisode de Prince Valiant au temps du roi Arthur a été publié le 13 février 1937. Harold Foster était âgé de 44 ans.

William Randolf Hearst

La mythologie créée par Harold Foster est captivante. Le roi Aguar est chassé de Thulé (aujourd’hui la Norvège) par l’usurpateur Sligon. Le monarque déchu fuit avec sa femme et son jeune fils, Prince Valiant, vers les marais sauvages de la Grande-Bretagne. Prince Valiant perd sa mère à un jeune âge et décide alors de devenir un chevalier. Il acquiert Flamberge, L’épée chantante, forgée par le même mage qui a créé la légendaire Excalibur du roi Arthur. Il est anobli par le roi Arthur sur le champ de bataille, aide son père à reconquérir son trône, et gagne plus tard le cœur d’Aleta, la Reine des îles Embrumées, qu’il épouse. Ces récits étaient tellement épiques qu’Edward, duc de Windsor, a appelé Prince Valiant la contribution la plus importante « à la littérature anglaise dans les cent dernières années ».

Une esquisse de Prince Valiant

Il fallait à Harold Foster cinquante à soixante heures de travail pour produire sa planche hebdomadaire, mais le King Features n’a jamais eu à se soucier des problèmes de délais, parce que le dessinateur avait toujours neuf à douze semaines d’avance. En 1944, la famille Foster a déménagé à Redding, dans le Connecticut. La propriété de six hectares a permis à Harold Foster de retrouver ses racines et peut avoir inspiré le voyage de Prince Valiant au Nouveau Monde (1947). La bande reflète également l’esprit de son lectorat. A l’époque du baby-boom qui a suivi la Sconde guerre mondiale, Prince Valiant gagne le cœur d’Aleta, l’épouse, et le couple a un fils qu’ils nomment Arn (1947).

Une illustration de Prince Valiant

En plus de son travail sur Prince Valiant, Harold Foster a illustré le livre Le jeune chevalier en 1945, et avait déjà fait une bande quotidienne en noir et blanc en 1943 : l’adaptation du célèbre livre La Chanson de Bernadette. Au cours de cette période très productive, il a également conçu une bande intitulée Le château médiéval. C’était un volet amovible en-dessous de la page de Prince Valiant qui pouvait s’adapter au format de divers journaux. Ces illustrations ont été réunies, en 1957, dans un livre publié par Hastings House. Cette même société a publié les aventures de Prince Valiant en noir et blanc dans une série de sept livres cartonnés. Prince Valiant est devenue l’un des plus grands succès de la bande dessinée de tous les temps et a obtenu diverses distinctions. A l’âge de 73 ans, Harold Foster a été élu membre de la Royal Society of Arts de Grande-Bretagne - un honneur auquel très peu d’Américains peuvent prétendre.

Une illustration de Prince Valiant

Wayne Boring a aidé Harold Foster à réaliser Prince Valiant de 1966 à 1969. Deux autres collaborateurs ont rarement été mentionnés. Le fils de Harold Foster, Arthur James Foster avait étudié l’art et a aidé Harold Foster pendant vingt ans. Il encrait les arrières plans et coloriait. Il a présidé la Art Student’s League, à New York, de 1958 à 1965. Arthur et Harold Foster avaient leurs différences et Prince Valiant n’était ni la création ni la passion d’Arthur. Pour lui, succéder à son père sur Prince Valiant aurait été un travail ingrat. Il n’a jamais voulu hériter de la bande et la garder dans la famille. Au début des années 1960, Philip "Tex" Blaisdell a aidé Harold Foster à produire quelques pages. A l’origine Philip Blaisdell crayonnait et encrait les arrières plans, mais avec le temps ses responsabilités se sont accrues. Lee Marrs, l’assistante de Philip Blaisdell, a rappelé que Tex a finalement tout fait, sauf les visages des personnages principaux, tandis qu’elle a contribué à encrer les arrières plans.

En 1971, Harold Foster a commencé à chercher activement un autre artiste pour travailler en permanence sur la bande. La décision a été difficile, mais l’arthrite commencait à affecter son dessin et Harold Foster refusait de produire un « travail d’amateur ». Gray Morrow, Wally Wood et John Cullen Murphy ont été sélectionnés pour réaliser des pages d’essai. Toutes les planches ont été magnifiques, mais seulement un artiste pouvait être choisi. Harold Foster a opté pour John Cullen Murphy, un ancien illustrateur de la Seconde guerre mondiale et le créateur de la bande Big Ben Bolt. La page 1788, publiée le 16 mai 1971, fut la dernière entièrement écrite et illustrée par son créateur. Il avait produit 1764 planches de Prince Valiant. Harold Foster a continué de réaliser la mise en page, l’écriture et la couleur de la bande durant les neuf années suivantes. Le 10 Février 1980, trois jours seulement avant le 43ème anniversaire de la série, la dernière planche de Prince Valiant écrite par Harold Foster a été imprimée. Harold Foster est décédé deux ans plus tard, le 25 Juillet 1982, trois semaines avant son 90e anniversaire.

Brian KANE

Une illustration de Prince Valiant

AUTEURS 

  • Brian KANE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source