retour article original

lundi 27 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire La seconde guerre mondiale en photos
La seconde guerre mondiale en photos 14

Pearl Harbor et l’offensive japonaise


Des mitrailleurs britanniques s’entraînent en Malaisie, le 17 octobre 1941

A l’issue de la première guerre mondiale, le Japon, qui avait combattu avec les Alliés, a obtenu un mandat sur divers archipels de l’océan Pacifique, précédemment en possession de l’Allemagne. Les principales îles ont été fortifiées et des aérodromes y ont été construits.

Au cours des années 1930, le Japon a attaqué la Chine, et s’y est installé en traitant ce pays comme une colonie et en s’efforçant, par une politique de terreur, de contraindre le peuple chinois à la soumission.

Les Etats-Unis soutenaient diplomatiquement le gouvernement nationaliste chinois et ont décrété, au préjudice du Japon, un embargo sur diverses matières premières indispensables à l’industrie.

Les militaristes japonais ont alors conçu un plan d’attaque visant à s’emparer des ressources de matières premières situées entre la Chine et l’Australie. Il s’agissait essentiellement de colonies britanniques, françaises et hollandaises.

Des membres des Gurkha Rifles s’entraînent dans la jungle, en Malaisie, en octobre 1941

Des soldats indiens arrivés à Singapour en novembre 1941

Les services de renseignement américains avaient décripté les principaux codes japonais et connaissaient le plan d’attaque dans les grandes lignes. Ils s’attendaient à ce que l’offensive japonaise débute contre les Philippines, où ils avaient une garnison. Ils ne soupçonnaient pas que le Japon attaquerait, simultanément, plusieurs endroits fort éloignés les uns des autres.

En particulier, les Américains ne s’attendaient pas à ce que le Japon attaque leur flotte du Pacifique, basée à Pearl Harbor, dans les îles Hawaïi.

Vue de Pearl Harbor, aux îles Hawaii, le 30 octobre 1941

L’attaque de Pearl Harbor visait surtout à détruire les porte-avions américains. Sans porte-avions, les autres bâtiments de la flotte américaine seraient privés de protection contre des attaques aériennes provenant des îles japonaises du Pacifique. C’est-à-dire que la flotte américaine ne pourrait plus se risquer à travers le Pacifique sans s’exposer à la destruction.

Il ne s’agissait pas de vaincre les Etats-Unis, mais de les contraindre à accepter une paix aux conditions du Japon.

L’itinéraire de l’escadre japonaise qui a attaqué Pearl Harbor le 7 décembre 1941


Heureusement pour les Etats-Unis, le 7 décembre 1941, lorsque les avions japonais ont surgi au-dessus de Pearl Harbor, aucun des porte-avions américains ne s’y trouvait.

Des pilotes reçoivent leurs instructions sur un porte-avions japonais, avant l’attaque de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Des avions s’apprêtent à décoller du porte-avions japonais Shokaku pour attaquer Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Des bombardiers en piqué D3A1 s’apprêtent à attaquer Pearl Harbor depuis le porte-avions japonais Akagi, le 7 décembre 1941

Un chasseur A6M2 sur le porte-avions japonais Akagi, avant l’attaque de Pearl Harbor, en décembre 1941

Un A6M2 décolle du porte-avions japonais Akagi pour attaquer Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

L’attaque de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Pearl Harbor, pendant l’attaque japonaise, le 7 décembre 1941

Torpillé, le West Virginia coule à côté du Tennessee

Les cuirassés Arizona, West Virginia et Tennessee en feu, à Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Le cuirassé Nevada en feu, pendant l’attaque japonaise contre Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Le cuirassé Maryland en feu, pendant l’attaque japonaise contre Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Un bombardier américain B-17E sur l’aérodrome de Hickam, pendant l’attaque japonaise contre Pearl Harbor, le 7 décembre 1941Hickam

Le cadavre d’un marin américain tué au bord de la baie de Kanoehe, pendant l’attaque japonaise contre Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Un véhicule civil mitraillé par l’aviation japonaise, sur l’île d’Oahu, à Hawaii, le 7 décembre 1941

Le sous-marin japonais Ha-19 échoué sur une plage de l’île d’Oahu

Une carte de Pearl Harbor découverte à bord du sous-marin japonais Ha-19

Les Japonais avaient prévu de faire annoncer, au gouvernement américain, la déclaration de guerre, quelques minutes avant l’attaque de Pearl Harbor. Mais, à l’ambassade japonaise de Washington, on a perdu beaucoup de temps à décoder le dernier message secret reçu de Tokyo, si bien que l’attaque avait déjà eu lieu lorsque l’ambassadeur japonais a notifié la déclaration de guerre.

Le président Roosevelt demande au Congrès des Etats-Unis de déclarer la guerre au Japon. Dans les trois jours, la déclaration de guerre visait tous les pays de l’Axe

Pendant que la principale force de frappe japonaise faisait route vers Pearl Harbor, d’autres forces navales escortaient des convois de troupes dans le Pacifique Sud-Ouest. Presque simultanément à l’attaque de Pearl Harbor, les débarquement commencèrent dans la péninsule malaise et aux Philippines.

L’aviation japonaise attaque les cuirassés britanniques Prince of Wales et Repulse, au large de la Malaisie, le 10 décembre 1941

Un sapeur britannique s’apprête à faire sauter un pont, pendant la retraite de Malaisie, en décembre 1941

Des tanks japonais 95 Ha-Go détruits par des canons antichars australiens en Malaisie

Des soldats japonais exécutent des prisonniers sikhs en Malaisie

Les débarquements dans la péninsule malaise avaient pour objectif la grande base navale britannique de Singapour, mais aucune tentative ne fut faite par la mer, car c’était le genre même d’attaque contre lequel les défenses avaient été essentiellement prévues. L’approche fut très indirecte. Un débarquement eut lieu à Kota Bharu, sur la côte Nord-Est de la péninsule malaise, pour s’emparer des aérodromes et détourner l’attention pendant que le gros des forces débarquait dans la partie thaïlandaise de la péninsule, quelque 800 kilomètres au Nord de Singapour. A partir de ces emplacements situés à l’extrême Nord-Est, les forces japonaises défe5lèrent vers le Sud en longeant la côte Ouest de la péninsule et en contournant successivement toutes les lignes sur lesquelles les forces britanniques tentèrent de les arrêter. Après six semaines d’une retraite pratiquement ininterrompue, les forces britanniques furent contraintes d’évacuer le continent pour se réfugier dans l’île de Singapour à la fin janvier 1942. Dans la nuit du 8 février 1942, les Japonais déclenchèrent leur attaque à travers le bras de mer large de moins de 2 kilomètres, prirent pied sur de nombreux points et réussirent de nouvelles infiltrations sur un large front. Le 15 février, les défenseurs capitulèrent et avec eux fut perdue la clé du Sud-Ouest Pacifique.

Vue de Singapour en février 1942

Des soldats japonais à Singapour en février 1942

Au cours d’une opération distincte et de moindre envergure, les Japonais ont lancé, le 8 décembre 1941, une attaque contre la base britannique de Hong Kong et contraint la colonie de capituler, avec sa garnison, le 25 décembre.

Des soldats japonais à Hong Kong, en Chine, en décembre 1941

Dans la principale île philippine de Luçon, les débarquement initiaux au Nord de Manille avaient été rapidement suivis par un débarquement en arrière de la capitale. Sous l’effet de cette poussée dislocatrice et de la menace convergente, les forces américaines abandonnèrent la plus grande partie de l’île et se replièrent dans la petite péninsule de Bataan avant la fin de décembre 1941. Là elles n’étaient exposées qu’à un assaut frontal sur un front très étroit et elles parvinrent à résister à l’écrasement jusqu’en avril 1942.

Une colonne blindée japonaise se dirige vers Manila, aux Philippines, le 22 décembre 1941

Des soldats américains et philippins se rendent aux japonais, dans la péninsule de Bataan, aux Philippines, le 9 avril 1942

Après avoir capitulé, les soldats américains sont emmenés vers les camps de prisonniers au cours d’une Marche de la mort, en avril 1942. Ceux qui ne pouvaient plus marcher devaient être portés par leurs camarades ou étaient exécutés sur place par les Japonais

Des prisonniers américains transportent les malades et les blessés, pendant la marche de la mort de Bataan, aux Philippines, en avril 1942

Des prisonniers américains pendant la Marche de la mort de Bataan, aux Philippines, en avril 1942

Les cadavres de soldats américains, pendant la Marche de la mort de Bataan, aux Philippines, en avril 1942

Bien avant cette date et avant même la chute de Singapour, la vague de conquête japonaise s’étendit à travers l’archipel malais. Le 11 janvier 1942, les forces japonaises débarquèrent à Bornéo et aux îles Célèbes, suivies le 24 janvier par des forces plus nombreuses. Cinq semaines plus tard, le 1er mars, les Japonais lancèrent une attaque contre Java, au cœur des Indes néerlandaises, après avoir isolé l’île par des mouvements tournants. En moins d’une semaine, toute l’île de Java était tombée entre leurs mains.

La capitulation des derniers défenseurs de l’île de Corregidor, aux Philippines, en mai 1942

Suite dans La campagne de Birmanie (1941-1943) et le pont aérien vers la Chine ; ainsi que dans Le raid sur Tokyo

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source