retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (6ème partie) : Du 16 mai 2004 au 15 juin 2004
AFP, 6 juin 2004

Irak : 38 morts en moins de 48 heures, nouvelles libérations de détenus


BAGDAD (AFP) - Trente-huit personnes ont été tuées en moins de 48 heures en Irak malgré le calme retrouvé à Najaf, après près de deux mois de combats entre résistants chiites et armée américaine, alors que cette dernière a libéré de nouveaux détenus de la prison d’Abou Ghraib dimanche 6 juin 2004.


Treize personnes ont été tuées et 10 autres blessées dans une attaque perpétrée, samedi 5 juin à l’aube, contre un poste de police de Moussayeb, selon un responsable de l’hôpital de la ville, interrogé par l’AFP dimanche 6 juin 2004.

Six civils irakiens ont été tués et au moins 68 autres ont été blessés par l’explosion, dimanche 6 juin 2004, d’une voiture piégée à l’entrée d’une base américaine à Taji, à la sortie nord de Bagdad, selon une source médicale irakienne.

Un policier et un civil ont également été tués et neuf policiers ont été blessés dans la matinée par l’explosion d’une bombe à Al-Touz, selon un officier de police.

Dans la capitale, cinq civils irakiens ont été tués et 19 personnes blessées par balles au cours des dernières 24 heures dans le quartier chiite de Sadr City, a-t-on appris de source hospitalière, dimanche 6 juin 2004. Des accrochages y ont eu lieu ces deux derniers jours entre résistants chiites et forces américaines.

Samedi 5 juin 2004, douze autres personnes avaient trouvé la mort en Irak dans des attaques.

Le chargé d’affaires polonais à Bagdad, Tomasz Gielzecki, a précisé, dimanche 6 juin 2004, que deux Polonais avaient été tués la veille dans l’attaque qui avait fait trois morts sur la route menant à l’aéroport international de Bagdad.

A Najaf et dans ses environs, le calme persistait, dimanche 6 juin 2004, et la police y paraissait de nouveau. Plus d’une centaine d’habitants de la ville avaient entrepris de vendre leurs armes à l’armée américaine, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Najaf et sa voisine Koufa ont retrouvé, depuis samedi 5 juin 2004, un cours normal, après que les résistants du chef radical chiite Moqtada Sadr eurent décidé la veille de remiser leurs armes.

A Abou Ghraib, la coalition a procédé à de nouvelles libérations de prisonniers. Neuf autocars remplis de détenus relâchés ont quitté dans la matinée ce pénitencier situé à l’ouest de Bagdad, selon des témoins. Quatre autocars sont sortis de la prison à 08h00 (04h00 GMT), a indiqué Qoudaiyah Adel Razzaq. Trois autocars ont quitté la prison une heure et demie plus tard, prenant la direction de Tikrit et Baaqouba, au nord de Bagdad, a-t-il ajouté. Ils ont été suivis, vers 11h00 (07h00 GMT), par deux autres autobus transportant chacun une centaine de personnes et qui se sont dirigés vers les villes de Falloujah et Ramadi, à l’ouest de Bagdad, rétives à l’occupation américaine, a pu constater une correspondante de l’AFP.

L’armée américaine a lancé au premier trimestre un programme de libération des prisonniers jugés non dangereux. Ce programme a été accéléré en mai 2004, après le scandale ayant dévoilé les tortures auxquelles ont été soumis des détenus à Abou Ghraib.

Cependant, l’armée américaine maintiendra en détention sous son contrôle des prisonniers irakiens qu’elle considère comme dangereux, même après le 30 juin, date retenue pour le transfert du pouvoir aux Irakiens, a indiqué, dimanche 6 juin 2004, un porte-parole militaire américain.

Sur le plan politique, le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir, dimanche 6 juin 2004 après-midi, à New York, pour des consultations, alors qu’un accord sur une résolution accompagnant le transfert de souveraineté en Irak se rapproche, selon des diplomates membres du Conseil. Cette nouvelle résolution stipulera que le mandat de la force multinationale conduite par les Etats-Unis devrait s’achever avant la fin 2005, a confirmé le secrétaire d’Etat américain Colin Powell.

Le nouveau ministre de la Justice irakien, Malek Dohane al-Hassan, a par ailleurs affirmé, dimanche 6 juin, que son pays allait rétablir la peine de mort (suspendue par les Américains en avril 2003) après le 30 juin 2004, et que l’ancien président Saddam Hussein pourrait en être passible.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source