retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
AFP, 27 octobre 2010

Informations internationales : Des millions de détenus soumis à des traitements inhumains


Le cadavre d’un homme torturé retrouvé au bord de l’autoroute, entre Mexico et Cuernavaca, au Mexique, le 26 septembre 2010

La torture est pratiquée dans la plupart des pays du monde et il y a actuellement plusieurs millions de détenus qui sont soumis à des traitements inhumains ou dégradants, a affirmé mardi le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Manfred Novak.

Les cadavres de trois hommes torturés retrouvés dans la banlieue d’Acapulco, au Mexique, le 22 octobre 2010


"La torture est pratiquée dans la plupart des pays du monde", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, à l’occasion de la présentation d’un rapport sur la question à l’Assemblée générale des Nations Unies. M. Novak a expliqué que, parmi les dix-huit pays qu’il a visités, un seul, le Danemark, ne présentait aucun cas de torture. Ces dix-huit pays, a-t-il dit, représentent 10% des Etats membres de l’ONU. "Je pense que c’est un échantillon représentatif" de la situation dans le monde. "C’est une image très triste que je dépeins", a-t-il dit. "Il y a environ dix millions de prisonniers à travers le monde, dont je dirais que la majorité a été soumise à des traitements inhumains et dégradants. Mais il y a des millions d’autres personnes dans les lieux de détention de la police qui ont été traités de façon pire encore", a-t-il ajouté. M. Novak a cité les cas de la Papouasie Nouvelle-Guinée, du Népal, de la Jamaïque, où la torture est pratiquée de façon systématique. Il a également souligné que la prison américaine de Guantanamo était une prison "illégale". "Le seul fait que les prisonniers y sont détenus pour de longues périodes viole la loi internationale", a-t-il dit. Les Etats-Unis, a-t-il souligné, en faisant référence au rapport de WikiLeaks affirmant que des cas de torture ont été commis par les forces irakiennes et couverts par Washington, ont une responsabilité spéciale pour que les autorités irakiennes cessent la torture et se conforment à la loi internationale. Dans certains pays, les demandes de visites du rapporteur ont été rejetées, comme en Egypte, en Algérie, au Zimbabwe et à Cuba. M. Novak relève dans le rapport que "l’impunité est la cause première de l’usage répandu de la torture".

Agence France Presse

Manfred Novak

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source