retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (6ème partie) : Du 16 mai 2004 au 15 juin 2004
AFP, 8 juin 2004

Irak : Les deux chefs kurdes veulent voir la Loi fondamentale reconnue par l’ONU


Les deux dirigeants kurdes Massoud Barzani et Jalal Talabani veulent que la Loi fondamentale, adoptée le 8 mars 2004 et qui doit régir l’Irak jusqu’à la fin de 2005, soit mentionnée dans la résolution que le Conseil de sécurité de l’ONU pourrait adopter mardi 8 juin 2004.


"Nous voulons que la Loi fondamentale soit mentionnée dans la résolution du Conseil de sécurité et qu’elle soit celle du gouvernement avant et après les élections" prévues en janvier 2005, affirment les chef du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et de l’Union patriotique du Kurdistan (PDK) dans une tribune commune publiée mardi par le quotidien kurde Al Taakhi.

La veille, en revanche, la figure religieuse emblématique des chiites irakiens, le Grand ayatollah Ali Sistani, avait au contraire lancé une mise en garde contre "les conséquences dangereuses" qui résulteraient d’une référence à cette loi dans la résolution du Conseil de sécurité.

"Nous voulons obtenir des assurances dans cette période transitoire pour que nous puissions participer activement dans le gouvernement transitoire", affirment les dirigeants kurdes. "Au cas ou la loi n’était pas appliquée ou si elle était supprimée, il n’y aurait pas d’autres choix pour le gouvernement du Kurdistan que de cesser sa participation au gouvernement central et à ses institutions, de boycotter les élections et d’interdire l’entrée du Kurdistan aux membres du gouvernement central", mettent en garde MM. Barzani et Talabani. La loi fondamentale, adoptée par le Conseil de gouvernement, mis en place par la coalition et aujourd’hui dissous, reconnaît l’autonomie du Kurdistan et donne un droit de veto aux Kurdes lors du referendum sur la Constitution, qui doit se tenir au plus tard le 15 octobre 2005.

"Le peuple du Kurdistan ne peut pas accepter d’être traité en citoyen de seconde zone dans l’Irak de l’après-Saddam. Nous avions obtenu dans le passé le poste de vice-président et d’autres fonctions sans véritable pouvoir", ajoutent-ils. "Nous espérions que le nouvel Irak serait différent de celui du passé concernant les droits du peuple kurde. Mais après la libération du pays, nous avons senti que les autorités américaines étaient contre les Kurdes pour des raisons inexplicables", soulignent-il.

Taha Yassine Ramadan et Taha Mohieddine Maarouf, tous deux Kurdes, ont été vice-présidents à l’époque de Saddam Hussein. MM. Barzani et Talabani avaient insisté pour avoir les postes de président ou de Premier ministre, dans le gouvernement intérimaire mis en place il y a une semaine, mais l’administrateur américain Paul Bremer avait refusé leur offrant le poste de vice-président.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source