retour article original

vendredi 28 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (6ème partie) : Du 16 mai 2004 au 15 juin 2004
AFP, 8 juin 2004

Irak : Manifestation à Bagdad pour protester contre la Loi fondamentale


Deux milles personnes, conduites par des dignitaires religieux proches du Grand Ayatollah chiite Ali Sistani, ont manifesté, mardi 8 juin 2004, contre toute référence à la Loi fondamentale dans la résolution que doit adopter le Conseil de sécurité de l’ONU.


"L’adoption par l’ONU de la Loi fondamentale signifie le début de la guerre contre la démocratie", affirmait une banderole qui ouvrait le cortège, parti du stade Ach Chaab, dans le nord-est de Bagdad, et se dirigeant vers le siège de la coalition.

Les manifestants, qui brandissaient des portraits de la plus haute autorité religieuse chiite, l’ayatollah Ali Sistani, scandaient "tout le monde est avec sayyed (titre honorifique) Ali" ou "Non, non à la Constitution, oui, oui à Sayyed Ali".

Toute référence à cette loi "est illégale et est rejetée par la majorité des Irakiens. Toute tentative pour lui donner une légitimité en la citant dans la résolution est considérée comme un acte contraire à la volonté du peuple irakien et pourra avoir des conséquences dangereuses", avait indiqué un communiqué du bureau d’Ali Sistani, daté de dimanche 6 juin et distribué lundi 7 juin 2004 à Najaf.

"Nous avons entendu que l’ONU voulait mentionner la Loi fondamentale et nous avons reçu l’ordre de la rejeter", a affirmé à l’AFP un des manifestants, Hassan al-Soudani, représentant de l’Ayatollah Sistani dans un quartier de Bagdad. D’autres manifestants scandaient "la couronne sur la tête de Sistani", "nous voulons une constitution islamique" et "nous sommes tous des fedayine (combattants) de Sayed Sistani". "Par Dieu, il suffit que tu l’ordonnes ô père de Mohammed Rida (fils de Ali Sistani, ndlr) et nous recommencerons la révolution de 1920", contre les Britanniques, criaient encore les manifestants.

"Si le Conseil de sécurité mentionne la Loi fondamentale (dans la résolution de l’ONU), il sera très difficile de la changer plus tard car elle (...) sera reconnue par l’ONU", a déclaré à l’AFP un responsable du Conseil Suprême de la Révolution islamique, un parti chiite.

La Loi fondamentale a été adoptée, le 8 mars 2004, par le Conseil de gouvernement, dont les membres ont été choisis par la coalition et qui, depuis, a été dissout. Cette loi reste en vigueur jusqu’au terme de la période transitoire prévue fin 2005. Elle ne peut être modifiée que par les trois-quarts des 275 députés et à l’unamitié du Conseil présidentiel (Chef de l’Etat et les deux vice-présidents).

L’ayatollah Sistani a toujours été opposé à cette loi car elle ne stipule pas que l’islam est la seule source de législation et accorde aux Kurdes un droit de veto lors du référendum pour l’adoption de la Constitution définitive. "Nous ne voulons pas poignarder les droits de nos frères les Kurdes, mais nous ne voulons pas de différenciation ethnique ou sociale, ni de citoyens de 1ère ou 2nde classe", a dit Seyyed Al-Aoual, un responsable d’une fondation islamique à Bagdad, s’adressant à la foule.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source