retour article original

jeudi 20 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
Le Temps, 25 novembre 2010

Informations internationales : Les attaques cybernétiques ont commencé

par Pierre CHAMBONNET


Les installations nucléaires de Natanz, en Iran, vues par satellite

La cyberguerre a-t-elle commencé ? Les ravages probables du ver informatique Stuxnet sur le nucléaire iranien font craindre des attaques virtuelles sans précédent, avec, pour la première fois, des destructions physiques comme conséquences. Retour sur la malveillance électronique, le fléau d’un siècle tout numérique.

Vue des installations nucléaires de Bouchehr, en Iran


« Pour nous, il change tout. » Aile nord du Capitole, Washington, il y a huit jours. Face au Sénat, Sean McGurk n’y est pas allé par quatre chemins. Expert en cybersécurité, ce haut responsable de la Sécurité intérieure décrivait à la Chambre haute du Congrès un véritable changement d’ère. Rien de moins. « Les implications de Stuxnet pour le monde réel dépassent tout ce que nous avions vu comme menace par le passé. » Stuxnet ? Un ver informatique dernier cri qui serait le premier à provoquer des destructions physiques. Le logiciel malveillant affecterait des infrastructures ultrasensibles. Celles de l’industrie nucléaire iranienne notamment. Vingt-huit ans de Navy dans les hautes sphères du nucléaire américain : Sean McGurk, qui a commandé des sous-marins d’attaque, en a vu d’autres. Il a pourtant relayé les craintes d’une nouvelle menace qui, en visant « une large gamme de systèmes de contrôle dans des secteurs essentiels d’infrastructures, [...] pourrait potentiellement entraîner des dégâts physiques, des morts, et des effets en cascade ». Dit autrement : hackers et autres cyberbidouilleurs du dimanche pouvaient jusque-là faire de mauvaises farces en ligne. Aujourd’hui, un fléau virtuel aussi évolué que Stuxnet peut affaiblir un pays en ciblant ses infrastructures. Stuxnet change en effet la donne. Ce malware (mot-valise anglais pour malicious software -logiciel malveillant) s’en prend à un programme informatique Siemens de contrôle des automates industriels. Un logiciel très utilisé dans le secteur de l’eau, des plates-formes pétrolières et des centrales électriques, entre autres. Développé depuis plus d’un an, Stuxnet a été découvert, en juillet 2010, par une entreprise biélorusse de sécurité.

Sean McGurk

Natanz, province d’Ispahan, été 2010. Attaquées par Stuxnet, les centrifugeuses affectées à la production d’uranium enrichi UF6 en Iran ne tournent plus rond. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) note, dans la période qui suit, une baisse brutale du nombre de centrifugeuses en activité sur le site industriel. Rebelote ce mois-ci : les activités d’enrichissement menées par Téhéran ont connu un arrêt temporaire d’au moins une journée en novembre, a signalé, mardi 23 novembre 2010, l’Agence internationale de l’énergie atomique. Des constats qui ne découragent en tout cas en rien l’optimisme iranien. Téhéran vient de réaffirmer que l’Iran produira du combustible nucléaire dans moins d’un an, Stuxnet ou pas. Les autorités démentent tout arrêt de l’enrichissement. Le ver « s’est heurté à un mur, et nos ennemis n’ont pas pu parvenir à leur objectif », a déclaré, en substance, Ali Akbar Salehi, le chef du programme nucléaire iranien.

Ali Akbar Salehi

Ce changement significatif dans le paysage des cyberattaques ciblées, Ralph Langner est loin de l’ignorer. Depuis Hambourg, ce chercheur allemand vient d’aller plus loin encore dans le décryptage de Stuxnet. Contacté par Le Temps, entre deux plongées dans le déchiffrage du code Stuxnet, l’homme, qui remonte régulièrement à la surface sur son blog pour rendre publique l’avancée de ses travaux, est catégorique : « On assiste, en Iran, à la première véritable cyberguerre de l’histoire. Le terme a déjà été employé, mais il s’agit bien cette fois des premières opérations de guerre, au sens propre du terme. Les attaques sont sur le point de détruire des cibles militaires. Et le logiciel est utilisé comme une arme ciblée sur l’Iran, avec le même pouvoir de destruction qu’une bombe de pénétration anti-bunker ou qu’un missile de croisière. Le but recherché est la destruction physique. » En dépit de réserves sur l’utilisation du terme « cyberguerre », Axel Dyèvre, directeur Europe de CEIS, à Bruxelles, une société de conseil en stratégie et gestion des risques, n’incite pas, lui non plus, à l’euphorie : « Si les hypothèses sont confirmées, on assiste à la militarisation du cyberespace. C’est la première fois qu’un ver se révèle capable de passer d’un réseau standard à un réseau de contrôle d’infrastructures, jusqu’à des retombées physiques. Si on peut perturber des centrifugeuses en Iran, pourquoi ne pourrait-on pas par exemple contrôler à distance les vannes d’un barrage ? » Avec une attaque ciblée sur l’Iran, on trouve pourtant la trace de Stuxnet dans d’autres pays. « Facile à expliquer, au regard du mécanisme de distribution de Stuxnet -des clés USB et des dossiers partagés », selon Ralph Langner, l’expert allemand. « Le monde actuel est encore plus interconnecté que personne ne l’a jamais imaginé, y compris les auteurs de l’attaque. La société qui a construit la centrale de Bouchehr a des clients dans le monde entier : en Inde, au Pakistan, en Indonésie, etc. Les ingénieurs transportent le ver dans leurs ordinateurs, ce qui infecte tous leurs clients. Et ces clients ont eux-mêmes des sous-traitants en charge de la maintenance de leurs installations, qui sont à leur tour infectés. Etc. » Au moment où ils ont constaté des vols d’entraînement de l’armée israélienne sur des distances comparables à celle qui relie Tel-Aviv à Natanz, les Etats-Unis ont successivement refusé aux Israéliens l’acquisition par l’Etat hébreu de ravitailleurs en vol de ses bombardiers, ainsi que le survol de l’Irak. Cheval de Troie contre le nucléaire honni, Stuxnet, le ver qui attaque la Perse, porte-t-il la signature de l’ennemi déclaré de la République islamique ? Aucun doute pour Ralph Langner : « Israël est l’Etat le plus concerné par la menace iranienne et son programme nucléaire. Il est de notoriété publique que Téhéran souhaite rayer l’Etat hébreu de la carte. Mais nous avons cependant de bonnes raisons de croire qu’Israël n’a pas créé Stuxnet seul. Tout porte à croire que le ver existe grâce à l’effort concerté de plusieurs Etats. » Nombre d’experts s’accordent en tout cas à reconnaître des moyens conséquents : « Si les attaques sont dirigées sur des sites sensibles, il faut d’abord l’accès à des informations précises sur les cibles, explique Daniel Ventre, chercheur au CNRS et auteur de Cyberguerre et guerre de l’information. Connaître les failles du système attaqué, par exemple, nécessite d’importants moyens. » D’après les calculs de Ralph Langner, il faut plus d’une cinquantaine de personnes, réparties en différentes unités, et le travail de plusieurs années pour créer un ver informatique comme Stuxnet. « Bien qu’il soit aujourd’hui connu, Stuxnet reste une menace car la technologie qui le constitue est facilement recopiable. » Et, pour le chercheur, les puissances occidentales ne sont en rien préparées pour faire face à des cyberattaques de cette ampleur.

Pierre CHAMBONNET

Ralph Langner

Liens liés a l'article.Le Temps

AUTEURS 

  • Pierre CHAMBONNET

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source