retour article original

vendredi 26 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Gambia
Le Monde, 29 novembre 2010

Gambia : Trafic d’armes iraniennes

par Natalie NOUGAYREDE


Des munitions saisies à Lagos, au Nigeria, le 27 octobre 2010

Une affaire de trafic d’armes impliquant une branche spéciale des Gardiens iraniens de la révolution, la force Al-Qods, sème depuis plusieurs semaines la zizanie entre Téhéran et deux pays d’Afrique, le Nigeria et la Gambie, que l’Iran cherchait à courtiser dans sa quête d’appuis extérieurs. La Gambie a annoncé, mardi 23 novembre, la rupture de ses relations diplomatiques avec l’Iran, priant tous ses représentants de quitter le pays dans les quarante-huit heures. Le Nigeria a quant à lui adressé, le 12 novembre 2010, une notification formelle au Conseil de sécurité des Nations Unies, faisant état d’une possible violation par l’Iran des résolutions de l’ONU qui, depuis 2007, lui interdisent d’exporter des armes.

Gambia


Tout commence le 26 octobre 2010, lorsque les douaniers nigérians saisissent, dans le port de Lagos, une cargaison d’armes. Dans treize conteneurs, ils trouvent des lance-roquettes, des armes automatiques, des grenades, des obus de mortier, des munitions. Le tout en provenance d’Iran, où les conteneurs ont été chargés dans le port de Bandar-Abbas, puis affrétés vers l’Afrique par un navire du transporteur maritime français CMA-CGM. Cette société a rapidement précisé que les conteneurs étaient déclarés sous la mention « paquets de laine de verre et palettes de pierres », et chargés par un commerçant iranien dont le nom ne figurait sur aucune liste de sanctions de l’ONU. A qui les armes étaient-elles destinées ? Les services de sécurité du Nigeria soupçonnent qu’elles devaient être acheminées vers l’un des groupes rebelles agissant dans ce pays. Mais selon le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, « la cargaison devait transiter par le Nigeria » vers « un Etat de l’Afrique de l’Ouest ». Le pays en question serait la Gambie, qui a invoqué ce trafic d’armes pour rompre avec l’Iran. L’épisode est d’autant plus embarrassant pour Téhéran que la saisie de la cargaison a donné lieu à l’identification de deux Iraniens impliqués dans ce trafic. Tous deux appartenant au corps des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime. L’un, Azim Aghajani, a été inculpé de trafic illégal d’armes par la justice nigériane. Il s’était réfugié à l’ambassade iranienne à Abuja, avant d’être remis aux autorités locales. L’autre, se présentant sous le nom de Sayed Akbar Tahmaesebi, a été identifié comme le commandant du corps Afrique de la force Al-Qods, la branche des Gardiens de la révolution qui agit à l’extérieur de l’Iran, indique-t-on de source occidentale. Il portait un passeport diplomatique et s’était rendu au Nigeria avec une lettre de recommandation du ministère iranien des Affaires étrangères. Signe de l’importance de cet homme aux yeux du régime iranien, Manouchehr Mottaki s’est rendu en urgence à Abuja pour s’entretenir avec son homologue nigérian. Il est ensuite rentré à Téhéran accompagné de ce deuxième Iranien, indique-t-on de source occidentale. La force Al-Qods s’intéresserait à l’Afrique pour de multiples raisons. Pour y trouver des sources de devises au moyen de différents trafics, mais aussi pour chercher à disposer de leviers de déstabilisation, notamment dans des Etats qui comptent pour les flux mondiaux de pétrole, comme c’est le cas du Nigeria. Le 19 novembre 2010, la police nigériane a par ailleurs découvert, dans une autre cargaison arrivée à Lagos, 130 kg d’héroïne en provenance d’Iran.

Natalie NOUGAYREDE

Azimi Adhajani

AUTEURS 

  • Natalie NOUGAYREDE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source