retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 7 décembre 2010

Côte d’Ivoire : La CEDEAO demande à Laurent Gbagbo de rendre le pouvoir sans délai


Un soldat de l’ONU devant l’hôtel où loge Alassane Ouattara, à Abidjan, le 7 décembre 2010

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)a demandé, mardi 7 décembre 2010, au président sortant ivoirien, Laurent Gbagbo, de "rendre le pouvoir sans délai" en se soumettant aux résultats de l’élection présidentielle certifiés par l’ONU et qui concluent à la victoire de son rival, Alassane Ouattara, annonce un communiqué officiel dans la capitale nigeriane.

Côte d’Ivoire


Alors qu’Alassane Ouattara a été donné vainqueur par la Commission électorale indépendante avec 54,1 % des suffrages, le Conseil constitutionnel, acquis à M. Gbagbo, a invalidé ces résultats et proclamé la victoire de ce dernier avec 51,45 %. L’envoyé spécial de l’ONU en Côte d’Ivoire, Choi Youn-jin, a assuré, mardi 7 décembre 2010, devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, qu’Alassane Ouattara avait remporté l’élection présidentielle "avec une nette avance" sur le président sortant, Laurent Gbagbo. "Un seul candidat a remporté l’élection, avec une nette avance", a indiqué M. Choi par vidéoconférence depuis Abuja (Nigeria). "M. Ouattara est le gagnant du scrutin présidentiel", a-t-il ajouté, précisant avoir certifié les résultats annoncés par la Commission électorale indépendante (CEI).

Laurent Gbagbo

"Le sommet [de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest] invite M. Laurent Gbagbo à respecter les résultats de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire tels que certifiés par l’Unoci (mission de l’ONU en Côte d’Ivoire) et à rendre sans délai le pouvoir, dans l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire", précide le communiqué. La Communauté éconmique des Etats d’Afrique de l’Ouest, réunie en sommet extraordinaire à Abuja, a également suspendu la Côte d’Ivoire, l’un de ses quinze membres, a annoncé le président nigerian, Goodluck Jonathan. "A partir d’aujourd’hui, nous suspendons la Côte d’Ivoire de toutes nos activités", a déclaré Goodluck Jonathan à la fin du sommet.

Agence France Presse

Des employés de l’ONU s’apprêtent à quitter le pays, à l’aéroport d’Abidjan, le 7 décembre 2010

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source