retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée
Le Monde, 10 décembre 2010

Guinée : Comment France et Etats-Unis ont écarté le chef de la junte

par Christophe CHATELOT


Scène de marché à Conakry, le 1er décembre 2010

L’occasion était trop belle pour neutraliser un chef de l’Etat devenu très embarrassant. Français et Américains cherchaient à écarter le capitaine Moussa Dadis Camara depuis le massacre par des militaires de la garde présidentielle d’au moins 156 opposants, à Conakry, en Guinée, le 28 septembre 2009.

Guinée


Les événements du 3 décembre 2009 vont forcer le destin. Ce jour-là, le chef de la junte militaire au pouvoir depuis moins d’un an est victime d’une tentative d’assassinat. Grièvement blessé à la tête, le chef de la junte est envoyé d’urgence vers le Maroc pour y être hospitalisé. Dans la foulée, un diplomate américain en poste à Ouagadougou écrit : "La communauté internationale est d’une façon générale sur la même position. L’absence de Dadis a ouvert une fenêtre d’opportunité pour faciliter une transition démocratique." "Bien qu’il ait été chassé de la scène violemment plutôt que par des moyens constitutionnels, il serait mieux pour la Guinée qu’il ne rentre pas dans son pays", ajoute l’ambassadrice américaine en poste à Conakry, Patricia Moller, dans un des télégrammes diplomatiques obtenus par WikiLeaks et révélés par Le Monde. Au passage, la diplomate qualifie le comportement de Dadis d’"erratique, violent, imprévisible", n’augurant qu’un "triste avenir pour la Guinée". Français et Américains partagent ce diagnostic. Mais comment tenir Dadis éloigné de son pays ? Paris et Washington insistent auprès des Marocains pour qu’ils le gardent "pendant longtemps". Une course contre la montre est engagée.

Patricia Moller

Moins de deux semaines après son hospitalisation, Dadis Camara manifeste déjà son désir de quitter Rabat où il était arrivé le 4 décembre 2009, "dans le coma, (avec) des éclats de balles dans le crâne". Un interlocuteur guinéen de l’ambassade américaine au Maroc avertit des éventuelles conséquences du retour du chef de la junte. "Dadis a recruté des mercenaires sud-africains et israéliens qu’il a regroupés, au côté de ses propres hommes, à Forecariah, (...) dans l’ouest du pays. (...) Sa milice compte 2000 à 3000 hommes dotés d’armes en provenance d’Ukraine. Le risque de conflit et de déstabilisation menace toute la région", rapporte le numéro deux de l’ambassade américaine, Robert P. Jackson. Début janvier 2010, à Rabat, le général Sékouba Konaté, qui n’a pas encore assumé l’intérim jusqu’à l’élection présidentielle du mois de juin, se montre, en privé, tout aussi réticent au retour de son "frère" Dadis. "Il a été explicite, affirme le ministre marocain des Affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri. Dadis ne doit pas être autorisé à rentrer en Guinée, ni à participer à la transition." Selon la même source marocaine, le général a aussi "reconnu que les responsables, depuis Dadis jusqu’au plus petit complice, devaient être traduits devant un tribunal guinéen ou (...) international". Mais en attendant, que faire de Dadis alors que le Maroc -qui l’avait accueilli "sans que le gouvernement marocain n’ait été préalablement consulté"- entend se débarrasser rapidement d’un homme susceptible de faire l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour le massacre du 28 septembre 2009 ? On lui cherche un autre pays d’accueil pour du "long terme". "Le 7 janvier 2010, le roi Mohamed 6 a appelé le président du Gabon, Ali Bongo (qui) a refusé. Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, prévoit de demander au président congolais, Denis Sassou-Nguesso." Le Sénégal, l’Arabie saoudite, la Gambie et la Libye sont évoqués. Finalement, le 12 janvier, Mohamed VI prend "la décision abrupte", "pour ne pas dire totalement inattendue", selon les Américains, de l’expédier par avion sanitaire au Burkina Faso. Lequel Burkina "ne sera mis au courant que peu de temps avant l’arrivée de Dadis Camara à Ouagadougou". Le capitaine guinéen pensait quant à lui rentrer à Conakry.

Moussa Dadis Camara

Pendant tout ce temps, Paris et Washington cherchent un successeur à Dadis. Un nom, un seul, émerge des télégrammes : le général Sékouba Konaté, alors ministre de la Défense et chef de la junte par intérim. "Au regard des fréquentes discussions entre Hillary Clinton et Bernard Kouchner et de l’unité de vue entre les deux capitales, [Sekouba Konaté] offre le seul véritable espoir pour une transition politique." Seul problème : le général se dit "fatigué" et "pas intéressé par le pouvoir". Finalement, début janvier 2010, le général Konaté est "prêt à rentrer à Conakry et à mettre en œuvre l’accord de Ouagadougou", qui stipule notamment "l’interdiction" faite à Dadis Camara de rentrer en Guinée et pose les bases de la transition vers un pouvoir civil grâce à l’organisation rapide d’élections. Le 7 novembre a eu lieu le deuxième tour de la première élection présidentielle démocratique de Guinée depuis l’indépendance en 1958. Et Dadis Camara se trouve toujours en convalescence forcée à Ouagadougou.

Christophe CHATELOT

Sékouba Konaté

AUTEURS 

  • Christophe CHATELOT

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source