retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Kazakhstan
Le Monde, 13 décembre 2010

Corruption : La qualité de vie des dirigeants du Kazakhstan

par Piotr SMOLAR


Nursultan Nazarbayev

Comment vivent les dirigeants du Kazakhstan ? Bien, répond l’ambassade américaine à Astana, en 2008. A commencer par le président Nazarbaïev qui, "comme tous ses compatriotes, a une forte affinité pour les chevaux". Lui en possède quarante, du monde entier, qu’il conserve dans une propriété très protégée aux abords de la capitale. Des rumeurs disent qu’il aurait pris une troisième épouse, relate l’ambassade, une "reine de beauté".

Kazakhstan


Son beau-fils, Timour Koulibaiev, sait vivre bien, lui aussi. Il est l’un des hommes les plus puissants du pays, en tant que vice-président de Samruk-Kazyna, énorme fonds d’Etat qui contrôle "90 % de l’économie du Kazakhstan". Egalement président de la Fédération de golf, il s’est imposé comme l’un des porteurs de la flamme olympique, sur la route vers Pékin. Pour ses 40 ans, M. Koulibaiev a invité Elton John pour un concert privé. Montant de la facture : 1 million de livres. Timour Koulibaiev et sa femme, Dinara, fille du président, font aussi preuve de générosité : le couple aurait acquis plusieurs maisons construites à Bodrum, en Turquie, d’une valeur de 4 à 5 millions de dollars chacune, pour ensuite les offrir à des proches.

Timur Kulibayev

Certains dirigeants kazakhs préfèrent se relaxer selon "la bonne vieille méthode de l’homo sovieticus, c’est-à-dire en se saoûlant jusqu’à l’abrutissement", remarque l’ambassadeur. Le ministre de la Défense, Danial Akhmetov (pro-russe, limogé en juin 2009), était l’un d’eux. En 2007, il serait arrivé complètement ivre à un rendez-vous avec un responsable militaire américain, jurant et expliquant qu’il sortait d’une réception en l’honneur d’officiers tout juste promus. L’argent des ressources naturelles fait tourner les têtes. En janvier 2010, l’ambassadeur américain rapporte ces propos d’un haut dirigeant kazakh qui travaille dans le secteur, après leur dîner en tête-à-tête. "Le capitalisme -vous appelez ça l’économie de marché- signifie beaucoup d’argent. Ecoutez, presque tout le monde au sommet est perdu. Ils sont perdus par la mentalité soviétique. Ils sont perdus par les excès corrompus du capitalisme. Si les dirigeants de Goldman Sachs peuvent gagner 50 millions de dollars par an et conduire ensuite l’économie des Etats-Unis à Washington, quelle est la différence avec ce que l’on fait ?" demandent-ils."

Piotr SMOLAR

Danial Akhmetov

AUTEURS 

  • Piotr SMOLAR

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source