retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 19 décembre 2010

Côte d’Ivoire : Une vraie folie meurtrière


Des soldats de Laurent Gbagbo, à Abidjan, le 18 décembre 2010

Laurent Gbagbo a exigé, samedi 18 décembre 2010, le départ "immédiat" de l’Onuci et de Licorne, les accusant d’avoir soutenu militairement l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) dont Guillaume Soro est le chef et qui est alliée à Alassane Ouattara, reconnu internationalement comme le président ivoirien.

Côte d’Ivoire


La demande par Laurent Gbagbo du départ de la mission onusienne et de la force française Licorne est "ridicule", car M. Gbagbo "n’est plus président", a affirmé, samedi 18 décembre 2010 au soir, à l’AFP, Guillaume Soro, Premier ministre d’Alassane Ouattara, l’autre président proclamé de Côte d’Ivoire. "Cette décision ne peut pas être (appliquée) puisque M. Gbagbo n’est plus président", a déclaré M. Soro par téléphone. "Nous trouvons tout à fait ridicule et ubuesque cette démarche d’un président vaincu". "Tout le monde sait que M. Gbagbo n’a aucune qualité pour prétendre demander le départ de la force Licorne et de la force onusienne", l’Onuci, a-t-il insisté. M. Soro a souhaité que la communauté internationale ne mette pas "autant de temps pour se rendre compte que nous avons en face de nous une vraie folie meurtrière qui va semer la désolation et créer un autre Rwanda en Côte d’Ivoire". Alors que des combats meurtriers ont opposé, jeudi 16 décembre, éléments FN et forces fidèles à M. Gbagbo à Abidjan et dans l’intérieur du pays, M. Soro a assuré que les FN et les Fanci (Forces armées nationales de Côte d’Ivoire) "sont dans une logique de réunification, donc il n’est pas question que les FN aient une attitude d’hostilité vis-à-vis des Fanci". "Nous considérons qu’il reste aux Fanci à faire allégeance", a-t-il poursuivi. "Nous savons que cette force a des difficultés actuellement pour faire le basculement, parce qu’elle est tenue en respect par trois généraux putschistes qui ont pris le pouvoir au profit de M. Gbagbo", mais "ça ne saurait tarder", a-t-il affirmé.

Agence France Presse

Guillaume Soro Kigbafori

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source