retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 23 décembre 2010

Côte d’Ivoire : L’ONU confirme la présence de Libériens armés à Abidjan


Des soldats de Laurent Gbagbo, à Abidjan, le 22 décembre 2010

Le bruit courrait depuis quelques jours. L’Onuci, l’opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire, a confirmé, jeudi 23 décembre 2010, la présence de combattants armés parlant anglais à Abidjan et les dit d’originaires du Liberia.

Côte d’Ivoire


La présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, s’était inquiétée, mercredi 22 décembre 2010, de la présence de mercenaires de son pays en Côte d’Ivoire. « Nous avons des informations selon lesquelles certains Libériens se joignent à la "guerre" en Côte d’Ivoire, comme mercenaires », avait-t-elle admis à des journalistes, à Monrovia. « Quiconque sera pris pour ce type d’action pourra être poursuivi en justice. Ils sont Libériens et selon la loi, ici, ils peuvent être arrêtés pour ce qu’ils font », avertissait-elle. « Ils étaient seuls, la nuit, à Abidjan », raconte le porte-parole de l’Onuci, Hamadoun Touré, interrogé lors d’un point presse sur les preuves dont il disposait, et ajoutant qu’ils sont « lourdement armés ».

Manifestation contre les violences, à Abidjan, le 22 décembre 2010

Par ailleurs, alors que se tient une réunion spéciale, à Genève, du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur la Côte d’Ivoire, la Haute commissaire adjointe aux droits de l’homme, Kyung-Wha Kang, y a dénoncé les violences dans ce pays : « Entre le 16 et le 21 décembre, les responsables des droits de l’homme (sur place) ont reçu des informations sur 173 meurtres, 90 cas de tortures et mauvais traitements, 471 arrestations, 24 cas de disparitions forcées ou involontaires », a affirmé Mme Kyung-Wha Kang, devant les 47 membres du Conseil des droits de l’Homme réuni à Genève en session spéciale sur la Côte d’Ivoire où la situation ne cesse de se dégrader depuis le scrutin présidentiel du 28 novembre. « Cette situation s’est caractérisée par l’usage excessive de la force par les partisans de Laurent Gbagbo », a ajouté la responsable de l’ONU. « Il ne doit pas y avoir de détentions, d’enlèvements ou de disparitions forcées, de transferts de populations forcés ou autres moyens coercitifs », a-t-elle exhorté.

Agence France Presse

Une vendeuse de concombres à Abidjan, le 22 décembre 2010

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source