retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 3 janvier 2011

Egypte : Crainte d’une aggravation des tensions religieuses

par Christophe DE ROQUEFEUIL


Des policiers arrêtent un manifestant copte, à Alexandrie, le 1er janvier 2011

Des incidents ont éclaté, dimanche 2 janvier 2011, au Caire, après l’attentat qui a fait 21 morts devant une église d’Alexandrie, un ministre ayant été la cible de jets de pierre et l’imam de la mosquée d’Al-Azhar encerclé dans sa voiture, alors que le pays craint une aggravation des tensions. Dans la soirée, des incidents ont également éclaté à Alexandrie, deuxième ville d’Égypte, où plusieurs centaines de chrétiens coptes ont manifesté devant l’église frappée par un attentat dans la nuit du Nouvel An, avant de mettre le feu à des poubelles, selon un photographe de l’AFP. Samedi 1er janvier, des affrontements avaient déjà opposé de jeunes chrétiens et des policiers.

Egypte


L’attentat n’a pas été revendiqué, mais la piste d’Al-Qaïda est évoquée par les autorités qui rappellent que l’organisation, qui avait revendiqué l’attentat meurtrier du 31 octobre 2010 contre une cathédrale de Bagdad, avait proféré des menaces contre les chrétiens d’Égypte. Pour le ministère de l’Intérieur, l’attentat est « probablement » l’oeuvre d’un kamikaze portant des explosifs de fabrication locale, mais commandité par « des éléments extérieurs ». Le président, Hosni Moubarak, a lui-même mis en cause des « mains étrangères ». Selon un responsable des services de sécurité, 20 personnes ont été détenues pour interrogatoire, sans preuve de liens directs avec l’attentat.

Manifestation copte à Alexandrie, le 2 janvier 2011

Au Caire, plusieurs centaines de coptes se sont rassemblés dans l’enceinte de la Cathédrale Saint-Marc, siège du patriarcat copte orthodoxe, harcelant les responsables qui venaient présenter leurs condoléances. Selon un journaliste de l’AFP, des manifestants ont ainsi jeté des pierres sur Osmane Mohamed Osmane, secrétaire d’État au développement économique, après qu’il eût rencontré le patriarche Chenouda 3, alors que des affrontements opposaient d’autres manifestants aux policiers postés à l’extérieur. Plus d’un millier de manifestants sont ensuite sortis de l’enceinte et se sont répandus dans les rues avoisinantes, perturbant le trafic, donnant des coups sur les capots et jetant des pierres sur les véhicules. Auparavant, plusieurs dizaines de manifestants ont tenté d’encercler le grand imam de la mosquée d’Al-Azhar, Ahmad Al-Tayeb, l’un des principaux responsables religieux musulmans du pays, donnant des coups sur sa voiture, alors qu’il sortait d’une visite au patriarche. Selon la police, un millier de Coptes ont aussi manifesté devant le ministère des Affaires étrangères et les locaux de la télévision d’État. Dans le sud du pays, des Coptes ont pris à partie un musulman et détruit trois voitures dans le village d’Al-Izziya dans la province d’Assyout, selon un témoin.

Manifestation copte à Alexandrie, le 2 janvier 2011

Dimanche 2 janvier 2011 au matin, la presse exhortait chrétiens et musulmans à faire bloc, craignant que le massacre d’Alexandrie ne provoque une escalade des tensions confessionnelles. Les Coptes représentent de 6 % à 10% des quelque 80 millions d’Égyptiens. « Quelqu’un veut faire exploser ce pays » et provoquer « une guerre civile religieuse » en Égypte, affirmait, dimanche 2 janvier, le quotidien progouvernemental Rose el-Youssef. Le journal indépendant Al-Chourouq évoquait la hantise d’une guerre civile : « Si le plan (des terroristes) marche comme prévu », l’Égypte pourrait s’embourber dans « un marécage semblable à ce qui s’est passé au Liban en avril 1975 ».

Des policiers arrêtent deux manifestants coptes, à Alexandrie, le 2 janvier 2011

Les principales personnalités religieuses musulmanes du pays, de même que les Frères musulmans, ont fermement condamné l’attentat. Le pape Benoît 16 a exprimé, dimanche 2 janvier 2011, sa « douleur » face à « ce geste lâche de mort ». La veille, il avait appelé les dirigeants du monde à protéger les chrétiens. Pour le grand imam de la mosquée d’Al-Azhar, il s’agit d’une « ingérence inacceptable », une accusation rejetée par le Vatican. L’Italie a demandé, dimanche 2 janvier 2011, que la question des violences et discriminations contre les chrétiens dans le monde soit au menu du conseil des ministres européens des Affaires étrangères prévu le 31 janvier.

Christophe DE ROQUEFEUIL

Manifestation copte au Caire, le 2 janvier 2011

AUTEURS 

  • Christophe DE ROQUEFEUIL

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source