retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AP, 23 janvier 2011

Egypte : Le Caire impute l’attaque de l’église d’Alexandrie à L’Armée de l’islam qui dément

Suivi d’un commentaire

par Hamza HENDAWI


Manifestation de solidarité avec la révolution tunisienne, au Caire, le 15 janvier 2011

Le ministre égyptien de l’Intérieur, Habib Al-Adly, a affirmé, dimanche 23 janvier 2011, que l’Armée de l’islam, un groupe gazaoui lié à Al-Qaïda, était derrière l’attentat perpétré contre une église d’Alexandrie la nuit de la Saint-Sylvestre.

Egypte


Vers minuit et demi, le 1er janvier 2011, un kamikaze a fait exploser une bombe à la sortie de la messe, tuant 21 coptes et blessant une centaine de personnes, dans cette ville portuaire du nord du pays. C’était l’attaque la plus meurtrière perpétrée contre la minorité chrétienne d’Egypte depuis plus de dix ans. Plusieurs personnes ont été arrêtées, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat d’Alexandrie, ont rapporté des responsables égyptiens de la sécurité sous couvert de l’anonymat. Ils n’ont pas précisé leur nombre et n’ont fourni aucune autre information. Les autorités égyptiennes ont à coeur de démontrer que les tensions entre les différentes communautés religieuses du pays n’ont rien à voir avec les violences qui visent les coptes. Elles maintiennent aussi qu’Al-Qaïda n’est pas implantée solidement en Egypte.

Manifestation de solidarité avec la révolution tunisienne, au Caire, le 15 janvier 2011

L’Armée de l’islam a nié toute implication. "L’Armée de l’islam en terre de Palestine dément les allégations du régime égyptien sur nos liens avec l’attaque dans la ville d’Alexandrie", écrit le groupe sur un site internet djihadiste. Basée dans la Bande de Gaza, l’Armée de l’islam est soupçonnée d’avoir participé à l’enlèvement, en 2006, du soldat israélien Gilad Schalit (qui a aussi la nationalité française). Le jeune militaire est toujours retenu prisonnier dans le territoire palestinien contrôlé par le Hamas. L’Armée de l’islam est suspectée également du rapt du reporter de la BBC Alan Johnston, qui a depuis été relâché.

Abdouh Abdel Moneim, un restaurateur âgé de 49 ans, a tenté de s’immoler près du parlement, au Caire, le 17 janvier 2011

Le ministre de l’Intérieur, Habib Al-Adly, a attribué cet attentat à des terroristes étrangers, lors d’une cérémonie à laquelle assistaient, dimanche 23 janvier 2011, le président égyptien, Hosni Moubarak, des membres du gouvernement et de hauts responsables de la police. Il a affirmé qu’il s’agissait de l’Armée de l’islam. Habib al-Adly a affirmé que des "preuves concluantes" démontraient que l’Armée de l’islam était derrière l’attentat d’Alexandrie. Il a suggéré que l’organisation gazaouie avait recruté des Egyptiens pour planifier et perpétrer cet acte "terroriste inhumain". Lors de la cérémonie de dimanche 23 janvier, qui marquait la "Journée de la police", le président Moubarak a assuré que son gouvernement "triompherait de la terreur" et ferait tout son possible pour préserver l’unité nationale. Sur les 80 millions d’Egyptiens, environ 10 % sont chrétiens. "Je ne serai pas indulgent avec le sectarisme, quelle que soit son origine, et je tiendrai tête à ceux qui s’en rendent coupables avec la détermination et la force de la loi", a promis Hosni Moubarak, qui préside l’Egypte depuis près de trente ans et qui a notamment écrasé une insurrection islamiste dans les années 1990.

Hamza HENDAWI

Habib Al-Adly

Commentaire

Dans la mesure où les organisations terroristes ont l’habitude de revendiquer les attentats qu’elles commettent, afin d’intimider leurs adversaires et d’être prises au sérieux, le démenti de l’Armée de l’islam permet de douter qu’elle soit réellement impliquée dans l’attentat d’Alexandrie.

Frank BRUNNER

AUTEURS 

  • Hamza HENDAWI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source