retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (6ème partie) : Du 16 mai 2004 au 15 juin 2004
Reuters, 13 juin 2004

Irak : Week-end sanglant


BAGDAD (Reuters) - Attentat à la voiture piégée, affrontements armés, assassinats : à un peu plus de deux semaines du transfert de souveraineté, l’Irak a connu, dimanche 13 juin 2004, une nouvelle journée de violences visant les nouvelles autorités ainsi que les forces américaines.

A Bagdad, l’explosion d’une voiture piégée a fait au moins douze morts près d’une base américano-saoudienne du sud-est de la ville.

Un haut fonctionnaire a été la victime d’un second assassinat en l’espace de 24 heures visant le nouveau gouvernement souverain irakien. Un universitaire a également été tué par balle sur le campus.


"Il est difficile de protéger tout un gouvernement...très difficile", a affirmé, dimanche 13 juin 2004, Colin Powell, secrétaire d’Etat américain, sur la chaîne "Fox News". L’administration américaine en Irak, qui cessera d’exister le 30 juin 2004, lors du transfert de souveraineté à un gouvernement intérimaire irakien, évoque régulièrement le risque de multiplication des attentats à l’approche de cette date. "Cela va être une période dangereuse, a ajouté Colin Powell, et ces meurtriers doivent être mis hors d’état de nuire". "Nous allons rester ici avec nos 138000 soldats... et tout faire pour vaincre cette insurrection", a-t-il ajouté. "Nous allons continuer d’avoir des problèmes avec ces terroristes. Néanmoins, nous devons faire en sorte que le Premier ministre (Iyad) Allaoui et son gouvernement (intérimaire) soient prêts à prendre les rênes du pouvoir, et cela effectivement."

Les nouvelles effusions de sang confirment les inquiétudes américaines. Deux otages étrangers, un Egyptien et un Turc, sont détenus, dimanche 13 juin. Une organisation se faisant appeler les "Groupes djihadistes", avait menacé de les mettre à mort dans la journée de samedi 12 juin 2004.

Par ailleurs, cinq Irakiens ont été tués, dans la nuit de samedi 12 juin à dimanche 13 juin 2004, lors d’affrontements avec les forces américaines à Sadr-City, la grande banlieue chiite de Bagdad, a-t-on appris de sources proches de l’Armée du Mehdi, les résistants de l’imam radical Moktada al-Sadr.

L’armée américaine a annoncé pour sa part la perte d’un soldat, le 607e au combat depuis le déclenchement de la guerre contre le régime de Saddam Hussein, en mars 2003. Le soldat américain est tombé lors d’un accrochage près de la ville de Tadji, au nord de la capitale. Deux autres soldats et un insurgé irakiens ont été blessés.

Les corps d’un technicien et d’un chauffeur irakiens travaillant pour la chaîne de télévision Al-Irakiya, financée par les Etats-Unis, ont été retrouvés près de la frontière syrienne. L’assassinat, inexpliqué, d’Abdelkarim al Haidary et de Jaouad Kazem, remonterait à samedi 12 juin 2004.

Assassinats ciblés

Le futur gouvernement souverain irakien, qui prendra officiellement ses fonctions le 30 juin 2004, est devenu un objectif privilégié des insurgés. Dimanche, un nouvel assassinat ciblé -le second en l’espace de 24 heures- a visé un de ses membres.

Kamal al-Djarrah, directeur général du ministère de l’Education chargé des relations culturelles, a été tué par balle dans le jardin de son domicile de l’ouest bagdadi. Djarrah, qui était âgé de 63 ans, a succombé à ses blessures après avoir été admis à l’hôpital Yarmouk.

La veille, des hommes armés avaient abattu dans des circonstances similaires Bassam Koubba, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères chargé des relations avec les organisations internationales.

En mai 2004, c’est le président du défunt Conseil intérimaire de gouvernement irakien (CIG), Ezzedine Salim, qui avait été tué dans une embuscade au sud de Bagdad.

Dimanche 13 juin 2004, alors qu’un professeur de géographie de l’université de Bagdad, Sabri al-Bayati, était tué par balles sur le campus, on apprenait que deux officiers de la police irakienne avaient échappé la veille à des tentatives d’assassinat près de Bakouba, au nord de Bagdad, et dans le nord de la capitale.

Le chef de la diplomatie irakienne, Hochyar Zebari, a affirmé que le gouvernement intérimaire souverain "ne se laisserait pas effrayer ou intimider par les Saddamistes".

Voiture piégée

L’attentat à la voiture piégée qui s’est produit dimanche 13 juin 2004 visait, semble-t-il, une base américano-irakienne dans le sud-est de la capitale irakienne qui abrite une école militaire. Selon un porte-parole de l’armée américaine, douze Irakiens ont été tués, dont quatre policiers, et 13 autres personnes blessées. Dans l’explosion, une voiture de police a été détruite, une autre endommagée ainsi que plusieurs autres véhicules à proximité. De la voiture du kamikaze ne restait plus que le bloc-moteur noirci par les flammes.

Alistair LYON et Lin NOUHEÏD

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source