retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 28 janvier 2011

Egypte : Human Rights Watch dénonce la violence de la police


Le cadavre d’un manifestant abattu par la police, à Sheik Zuweid, le 27 janvier 2011

La police égyptienne accentue l’usage de la force contre les manifestants hostiles au régime du président, Hosni Moubarak, de manière « totalement inacceptable et disproportionnée », a affirmé, jeudi 27 janvier 2011, l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW).

Egypte


L’organisation basée aux États-Unis affirme en outre que huit personnes et un policier ont été tués dans les violences. Sept décès ont jusqu’ici été comptabilisés par l’AFP : cinq manifestants et deux policiers. « Nous avons observé un maintien de l’ordre totalement inacceptable et disproportionné lors des manifestations », a déclaré Joe Stork, un responsable de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord. « Au lieu de faire preuve de davantage de répression, les autorités (égyptiennes) devraient enquêter sur les informations faisant état d’un usage excessif de la force de la part de la police, et faire en sorte que ceux qui en sont responsables rendent des comptes », a-t-il ajouté. Human Rights Watch indique que certaines des violences les plus sévères contre des manifestants ont eu lieu à Suez, où trois personnes ont été tuées après des affrontements avec la police survenus mardi 25 janvier 2011, quand une tentative de marche vers le siège du gouvernement a été organisée. « La police a répondu aux jeunes qui lançaient des pierres à coups de matraques, de gaz lacrymogènes, de canons à eau. Mustafa Ragab, un jeune, a été abattu », dit Human Rights Watch. L’organisation indique également que les forces de l’ordre égyptiennes ont lancé des pierres sur des manifestants, « ce qui n’est pas conforme aux règles internationales ». Human Rights Watch indique par ailleurs avoir de « vraies préoccupations au sujet de possibles mauvais traitements » dont pourraient faire l’objet les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations. Selon un responsable des services de sécurité égyptiens, « au moins mille personnes ont été arrêtées à travers le pays ». L’organisation dit avoir eu connaissance de quelque 800 arrestations.

Agence France Presse

Evacuation d’un manifestant mortellement blessé par balle, à Sheik Zuweid, le 27 janvier 2011

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source