retour article original

dimanche 23 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 6 février 2011

Egypte : Joe Biden demande des réformes immédiates

Suivi d’un commentaire


Des manifestants, au Caire, le 1er février 2011

Le vice-président américain, Joe Biden, a déclaré, samedi 5 février 2011, à son homologue égyptien, que des « mesures immédiates » de réformes démocratiques étaient nécessaires afin de répondre à la révolte croissante en Égypte, a annoncé la Maison Blanche.


Egypte

M. Biden a interrogé par téléphone le vice-président égyptien, Omar Souleimane, « sur des progrès dans l’ouverture de négociations crédibles et non discriminatoires pour une transition en Égypte vers un gouvernement démocratique, afin de répondre aux aspirations du peuple égyptien », selon un communiqué. « Il a souligné la nécessité d’un programme de réformes concrètes, avec un calendrier clair, et de mesures immédiates qui démontrent à l’opinion publique et à l’opposition que le gouvernement égyptien est engagé à mener des réformes ». M. Biden a également « exprimé sa préoccupation concernant les attaques continuelles contre la société civile et a appelé à la libération immédiate, des journalistes, militants et défenseurs des droits de l’homme qui ont été arrêtés sans justification ».

La carcasse d’un véhicule de la police incendié, au Caire, le 5 février 2011

Le président américain Barack Obama a évoqué, samedi 5 février 2011, avec plusieurs dirigeants étrangers, le mouvement de révolte en Égypte, soulignant « la nécessité d’une transition ordonnée, pacifique qui débute maintenant », selon un communiqué séparé de la Maison-Blanche. Le président américain s’est entretenu avec le prince héritier d’Abou Dhabi, cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, président des Émirats arabes unis, avec le premier ministre britannique, David Cameron, et avec la chancelière allemande, Angela Merkel, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué. M. Obama a évoqué ses « graves inquiétudes concernant les agressions contre les journalistes et groupes de défense des droits de l’Homme et a réaffirmé que le gouvernement égyptien avait la responsabilité de défendre les droits de son peuple et de relâcher immédiatement ceux qui ont été injustement détenus », selon ce communiqué. Il a aussi « insisté sur l’importance d’une transition bien réglée, pacifique, qui commence maintenant, vers un gouvernement réceptif aux aspirations du peuple égyptien, avec notamment des négociations crédibles entre le gouvernement et l’opposition ». Les dirigeants sont convenus de rester en contact étroit, selon le communiqué. Les États-Unis ont qualifié d’« étape positive vers un changement politique nécessaire » la démission, samedi 5 février, du bureau exécutif du parti au pouvoir en Égypte, le Parti national démocrate, tout en déclarant attendre « des gestes supplémentaires ».

Des manifestants se réchauffent, au Caire, le 5 février 2011

Samedi 5 février 2011, M. Wisner, émissaire du président, Barack Obama, pour l’Égypte, avait considéré que « le maintien à la direction du pays de M. Moubarak est vital », lors d’un débat à la Conférence sur la sécurité à Munich auquel il participait par lien vidéo depuis les États-Unis. L’administration Obama, a pris, samedi 5 février, ses distances avec les propos de Frank Wisner, répétant que ses déclarations sur le président égyptien, Hosni Moubarak, n’« engagent que lui et non le gouvernement américain ». Peu avant, un membre de la délégation de la secrétaire d’État, Hillary Clinton, à la Conférence sur la sécurité, à Munich, en l’Allemagne, avait jugé que « Frank Wisner s’est exprimé en tant que simple citoyen, analyste, pas comme un représentant du gouvernement américain ».

Agence France Presse

Frank Wisner

Commentaire

On relèvera que Frank Wisner est l’un de ces nombreux juifs qui infestent le gouvernement des Etats-Unis où ils se comportent comme des agents israéliens. Les propos de Frank Wisner rejoignent ceux du gouvernement israélien. Les juifs se moquent éperdument du fait que les Arabes soient opprimés par des despotes, dès lors que cette oppression sert les intérêts du régime raciste israélien.

Frank BRUNNER

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source