retour article original

mardi 25 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 6 février 2011

Egypte : Les Frères musulmans rencontrent le gouvernement


Des manifestants, au Caire, le 6 février 2011

Le puissant mouvement des Frères musulmans, jusqu’ici bête noire du régime, a engagé, dimanche 6 février 2011, un dialogue sans précédent avec le pouvoir, en Égypte, où des milliers de manifestants continuaient, pour le 13e jour consécutif, à réclamer le départ du président, Hosni Moubarak.


Egypte

Dans un communiqué diffusé dans la nuit, la confrérie des Frères musulmans a annoncé avoir décidé d’« entamer un dialogue » avec le pouvoir, « pour savoir à quel point ils (étaient) prêts à accepter les demandes du peuple ». L’annonce est survenue après la démission, samedi 5 février 2011, du bureau exécutif du Parti national démocrate (PND) de M. Moubarak. Hossam Badrawi, plus ouvert à des contacts avec l’opposition que les caciques du PND, a été nommé secrétaire général du parti et remplace également le fils de M. Moubarak, Gamal, longtemps considéré comme son dauphin, à la tête du comité politique du PND. L’annonce de la démission du bureau exécutif du PND avait été prise après une première réunion de M. Moubarak avec plusieurs de ses nouveaux ministres. Cette réunion « est une preuve qu’il (M. Moubarak) s’accroche à sa position et veut montrer au peuple qu’il est toujours là », a estimé le chef du mouvement d’opposition Kefaya, Georges Ishaq, alors que la presse internationale faisait état de plusieurs scénarios pour assurer une sortie digne au président. Les États-Unis ont salué cette démission comme une étape « positive » vers une transition démocratique, mais ont dit attendre « des gestes supplémentaires ». Le président, Barack Obama, dans des entretiens avec plusieurs dirigeants étrangers, a souligné la nécessité d’une « transition ordonnée, pacifique, qui commence maintenant », selon la Maison Blanche. C’est la première fois que le régime appelle la confrérie islamiste, officiellement interdite depuis 1954, au dialogue qui se tient au siège du Conseil des ministres, au Caire, selon l’agence officielle Mena. Les discussions réunissaient également des représentants du parti Wafd (libéral), du Tagammou (gauche), des groupes de jeunes prodémocratie ayant lancé le mouvement de contestation, ainsi que des figures politiques indépendantes et des hommes d’affaires, selon l’agence officielle. Les Frères musulmans ont expliqué qu’ils participaient pour « protéger la révolution » et défendre les revendications du mouvement de contestation contre le président, après avoir refusé initialement tout dialogue avant le départ de M. Moubarak, qui a dirigé l’Égypte d’une main de fer pendant 29 ans. « Nous allons (au dialogue) principalement pour discuter de la transition, de l’élection d’un nouveau président et d’un nouveau Parlement qui représente le peuple », a déclaré à l’AFP un haut responsable du mouvement, Essam Al-Aryane. « Les manifestations sont un droit légitime. Elles se poursuivront, si les revendications des jeunes ne sont pas satisfaites », a-t-il affirmé. La secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, a dit soutenir les discussions avec la confrérie islamiste, dans le cadre du dialogue initié par le vice-président, Omar Souleimane, avec toutes les forces politiques, attendant de juger sur pièces le résultat.

Un manifestant lit le Coran, au Caire, le 6 février 2011

Depuis le 3 février 2011, les manifestations se déroulent le plus souvent dans le calme. Des heurts entre policiers et manifestants, durant les premiers jours de la contestation, puis entre militants pro et anti-Moubarak, le 2 février, ont fait au moins 300 morts, selon un bilan non confirmé de l’ONU, et des milliers de blessés, selon des sources officielles et médicales. Entre-temps, l’armée a renforcé sa présence sur la place Tahrir, emblème de la contestation contre le régime dans le centre du Caire, où des milliers de manifestants étaient rassemblés dans la journée. Sur la place, où l’ambiance était calme, chrétiens et musulmans ont prié ensemble. Des prières ont été récitées par des évangélistes et un cheikh a récité la « prière des morts » ,en hommage aux « martyrs » tombés durant les violences. « Une seule main, une seule main », répétaient les fidèles d’une seule voix. Des dizaines de manifestants étaient toujours assis devant les chars de l’armée pour les empêcher de partir de Tahrir, où plusieurs centaines de manifestants ont passé une nouvelle nuit dans des tentes improvisées, malgré le couvre-feu nocturne. Les barricades formées par les anti-Moubarak étaient toujours sur place, selon des journalistes de l’AFP.

Un manifestant dort, au Caire, le 6 février 2011

Malgré les manifestations, la vie semblait doucement reprendre au Caire, où de nombreux commerces et banques ont rouvert, ainsi que des routes et des ponts. Automobilistes et piétons étaient de retour en nombre, et avec eux les embouteillages et les klaxons.

Hania EL-MALAWANI

Scène de marché au Caire, le 6 février 2011

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source