retour article original

dimanche 23 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Egypte
Le Figaro, 7 février 2011

Corruption : La fortune des Moubarak dépasserait les 40 milliards

par Guillaume ERRARD


Hosni Moubarak

Le peuple égyptien réclame ostensiblement son départ, mais Hosni Moubarak s’accroche. Alors qu’environ 40 % de la population (l’Egypte compte 80 millions d’habitants) vivrait avec moins de 3 dollars par jour, le journal britannique The Guardian rapportait, dimanche 6 février 2011, que, selon des experts du Moyen-Orient, la fortune de la famille du président égyptien serait comprise entre 40 et 70 milliards de dollars. Elle serait répartie comme tel : 15 milliards de dollars pour Hosni Moubarak, un milliard pour son épouse, Suzanne, huit milliards pour son fils aîné, Alaa, et 17 milliards pour son second fils, Gamal. Par comparaison, celle du couple Ben Ali est estimée à 5 milliards de dollars, selon le classement du magazine américain Forbes. Et celle de l’homme le plus riche des Etats-Unis, Bill Gates, à 54 milliards.


Egypte

Selon le journal algérien Al Khabar, une bonne partie de la fortune des Moubarak serait déposée dans des banques ou investie dans de l’immobilier. La famille Moubarak possèderait ainsi, en dehors de l’Égypte, des propriétés aux États-Unis, en Grande-Bretagne (dont les fils et la mère détiennent la nationalité), en France, en Suisse, en Allemagne, en Espagne et à Dubaï. Enfin, ses deux fils, Gamal et Alaa ont créé et pris des participations dans de nombreuses sociétés en Europe et aux États-Unis. A en croire la chaîne de télévision australienne ABC News, le premier aurait commencé son business dans les années 80 en spéculant sur la dette de son pays sur le marché financier international. Avec les bénéfices réalisés, il acquérait des terrains militaires à des prix défiant toute concurrence qu’il revendait à des investisseurs. Le produit était directement versé dans des comptes en banques en Europe. Cet enrichissement fulgurant ne surprend pas les experts. Selon Christopher Davidson, professeur de politique au Moyen-Orient à l’Université de Durham, Moubarak, son épouse et ses deux fils « ont été en mesure d’accumuler ces richesses dans le cadre d’un certain nombre de partenariats d’affaires avec des entreprises et des investisseurs étrangers, à l’époque où il était général dans l’armée et en position de bénéficier de la corruption dans les entreprises ». Il ajoute : « Presque tous les projets ont besoin d’un parrain et Moubarak était bien placé pour profiter de toutes les offres proposées. Il y avait beaucoup de corruption dans ce régime et un étouffement des ressources publiques à des fins personnelles ». La plupart des Etats du Golfe exigent des entreprises étrangères de donner à un partenaire local 51 % de parts dans de nouvelles start-up. « En Egypte, le chiffre est généralement plus proche de 20 %, mais cela permet toujours aux politiciens et à leurs proches alliés dans l’armée d’avoir accès à d’énormes profits sans mise de fonds initiale et avec peu de risques », poursuit le professeur de Princeton. C’est pour cette raison que McDonald’s aurait refusé de s’implanter en Tunisie. Ces pratiques seraient comparables à celles d’autres dirigeants régionaux, à en croire Amaney Jamal, professeur de sciences politiques à l’Université de Princeton. « C’est le modèle appliqué par d’autres dictateurs du Moyen-Orient, afin que leur richesse ne soit pas saisie au cours d’un changement de pouvoir. Ces dirigeants prévoient ce cas », affirme-t-il.

Guillaume ERRARD

Gamal Moubarak

AUTEURS 

  • Guillaume ERRARD

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source