retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Cameroun
AFP, 7 février 2011

Cameroun : Plusieurs morts et disparus lors d’une attaque de rebelles


Un pygmée abat un arbre, à Kika, le 3 juin 2010. Les pygmées possèdent quelques concessions forestières, mais ils manquent de moyens éducatifs, d’outils de travail et sont souvent payés en alcool, ce qui les pousse à l’alcoolisme

Deux gendarmes ont été tués et plusieurs personnes dont un sous-préfet ont disparu au cours d’une attaque à Bakassi, au Cameroun, dans la nuit de dimanche 6 février à lundi 7 février 2011.


Cameroun

Depuis trois ans, les attaques en mer et enlèvements –souvent attribués par les autorités camerounaises à des "pirates"– se sont multipliés au large de la péninsule de Bakassi, région marécageuse de 1000 km2, difficile d’accès, potentiellement riche en pétrole et gaz. Cette péninsule a fait l’objet d’un différend frontalier entre le Nigeria et le Cameroun, au terme duquel elle a été rétrocédée au Cameroun en 2008. Lors de la cérémonie officielle de rétrocession, le drapeau camerounais avait été hissé à Akwa, jadis contrôlée par le Nigeria.

Des membres du Forestry Protection Rangers, avec de l’ivoire et des armes confisquées aux braconniers, à Yokadouma, le 9 juin 2010

"Vers 03h00, des rebelles ont attaqué la localité de Bonjo, où ils ont tué deux gendarmes. Ils ont ensuite attaqué la ville d’Akwa", a affirmé à l’AFP sous couvert de l’anonymat une autorité administrative de la zone de Bakassi où se trouvent les deux localités. "Depuis, nous sommes sans nouvelles du sous-préfet de l’arrondissement, du commandant de la brigade de [gendarmerie] de la ville et du commissaire [de police]", a ajouté cette autorité jointe depuis Yaoundé. Selon une source proche des services de sécurité, les deux attaques auraient été menées par l’Africa Marine Commando (AMC), présenté comme le principal groupe rebelle actif à Bakassi et responsable d’une attaque d’une plate-forme pétrolière ayant fait six morts, en novembre 2010. Cette source, qui affirme avoir pu parler à un membre de l’AMC, a indiqué que "les rebelles confirment avoir tué [au moins] un gendarme à Bonjo. Ils disent qu’ils détiennent douze personnes, dont un sous-préfet."

Agence France Presse

Des rebelles de l’Africa Marine Commando

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source