retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (3ème partie) : Juin 2004
Le Monde, 15 juin 2004

Crimes de guerre américains : Des consignes ont été données de traiter les prisonniers irakiens "comme des chiens"


Ces révélations ont été fournies, mardi 15 juin 2004, par Janis Karpinski, responsable en 2003 des seize centres de détention de l’armée américaine en Irak, dont la prison Abou Ghraib, où plusieurs prisonniers irakiens ont été victimes de sévices.


Les consignes données par le général Geoffrey Miller, responsable de l’ensemble des prisons de la coalition en Irak, étaient de traiter les prisonniers irakiens "comme des chiens", a affirmé, mardi 15 juin 2004 au matin, le général Janis Karpinski. "Il disait qu’il fallait les traiter comme des chiens et que si nous les laissions croire à un quelconque moment qu’ils étaient plus que cela, alors nous ne pourrions plus les contrôler", a précisé Janis Karpinski, responsable en 2003 des seize centres de détention de l’armée américaine en Irak, dont la prison Abou Ghraib, où plusieurs prisonniers irakiens ont été victimes de sévices.

Le général Miller commandait auparavant le camp Delta, à Guantanamo, où sont encore retenus prisonniers quelque 600 personnes arrêtées par les forces américaines, notamment en Afghanistan, dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

Bouc émissaire

"Je suis un bouc émissaire commode", a également insisté le général Janis Karpinski, mardi 15 juin 2004, à la BBC radio. "Le centre où étaient interrogés les prisonniers fonctionnait sous un commandement séparé, et je n’avais aucune raison de me rendre dans les blocs de cellules 1 A et 1 B ou de visiter ce centre, car ils n’étaient pas sous ma direction", a plaidé le général Karpinski.

Suspendue de son commandement de la 800e brigade de police militaire fin mai 2004, Janis Karpinski a été relevée de ses fonctions pour une période illimitée, en attendant les résultats des enquêtes ordonnées sur les sévices et tortures perpétrés par des militaires américains sur des prisonniers irakiens à Abou Ghraib à l’automne 2003.

Le général Karpinski fait partie des sept officiers qui ont été punis par l’armée américaine en raison de ce scandale. A la différence des six autres, qui ont reçu un blâme mettant de facto fin à leur carrière militaire, elle n’a pour l’instant fait l’objet que d’une réprimande, et jusqu’au 25 mai 2004 elle continuait à diriger la 800e brigade de police militaire.

Avec AFP

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source