retour article original

mercredi 24 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
Reuters, 12 février 2011

Egypte : Les manifestants structurent leur mouvement

par Bureau du Caire ; Marine PENNETIER, Benjamin MASSOT et Henri-Pierre ANDRE


Des volontaires évacuent un véhicule de la police incendié, au Caire, le 12 février 2011

Les organisateurs des manifestations égyptiennes se sont engagés, samedi 12 février 2011, à occuper la place Tahrir, épicentre de la révolution, jusqu’à ce que le Conseil suprême des forces armées accepte leur programme de réformes démocratiques. Ils ont également annoncé la création d’une structure représentant le mouvement populaire, pour défendre la révolution et négocier avec les militaires.


Egypte

Cette structure sera formée d’une vingtaine de membres, figures de la contestation, personnalités d’envergure et représentants de partis politiques. Elle devrait dans un premier temps appeler à un grand rassemblement, vendredi 18 février 2011, pour célébrer le succès du soulèvement contre le régime de Hosni Moubarak. "Le but de ce Conseil de surveillance sera de mener un dialogue avec le Conseil suprême des forces armées et de porter la révolution tout au long de la phase de transition", a annoncé à la presse l’universitaire Abdelkader Ouda, qui se trouvait place Tahrir. "Ce conseil sera habilité à appeler à des manifestations ou à les annuler en fonction des développements de la situation", a-t-il ajouté. Dans deux communiqués diffusés plus tôt dans la journée, les organisateurs des rassemblements demandent la levée de l’état d’urgence instauré par le président déchu, Hosni Moubarak, contraint à la démission vendredi après près de trente ans de pouvoir. Le premier des deux communiqués exige la dissolution du gouvernement désigné par Hosni Moubarak le 29 janvier et la suspension du parlement élu après le scrutin controversé de novembre 2010. Il appelle à la mise en place d’un conseil présidentiel transitoire composé de cinq membres - quatre civils et un militaire. Le communiqué demande en outre la formation d’un gouvernement de transition pour organiser des élections dans les neuf mois à venir ainsi que la mise en place d’un comité chargé d’esquisser un projet de constitution démocratique. Parmi les autres aspirations de ce "communiqué du peuple numéro un" figurent la liberté de la presse et syndicale, la formation de partis politiques et la fin des tribunaux militaires et d’exception.

Bureau du Caire ; Marine PENNETIER, Benjamin MASSOT et Henri-Pierre ANDRE

Des Egyptiens commémorent les victimes de la répression, au Caire, le 12 février 2011

AUTEURS 

  • Bureau du Caire ; Marine PENNETIER, Benjamin MASSOT et Henri-Pierre ANDRE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source