retour article original

vendredi 18 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Iran (1ère partie) : Du 12 janvier 2004 au 23 juin 2004
AFP, 17 juin 2004

Iran : L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) reconnaît avoir fait une erreur dans son rapport


Vue de Wien

VIENNE (AFP) - L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a reconnu, jeudi 17 juin 2004, à Vienne avoir fait "une erreur technique" dans son dernier rapport sur l’Iran en affirmant que Téhéran avait omis de l’informer sur l’importation de certains matériels.

Le siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique, à Wien


Le directeur-général adjoint de l’agence de sûreté nucléaire des Nations Unies, Pierre Goldschmit, a indiqué dans un communiqué que l’agence avait "omis de prendre en compte une déclaration verbale faite en janvier 2004 sur l’importation d’aimants" pour des centrifugeuses, capables de produire de l’uranium potentiellement militaire.

Les installations nucléaires d’Arak, vues par satellite

"Le propriétaire d’une petite entreprise privée interrogé par les inspecteurs de l’agence sur le programme (de centrifugeuses) P-2 a fait état d’un aimant radial importé. Cette déclaration n’a pas été répertoriée par les inspecteurs", poursuit M. Goldschmit dans son communiqué publié en marge d’une réunion du conseil des gouverneurs, l’organe exécutif de l’AIEA. Début juin 2004, l’Iran avait toutefois reconnu l’importation de "quelques" aimants pour des centrifugeuses P-2 pouvant servir à produire de l’uranium hautement enrichi à usage militaire.

Les installations nucléaires de Natanz, vues par satellite

L’AIEA avait précisé que l’Iran avait reconnu avoir cherché en vain à acheter 4000 aimants de centrifugeuses P-2, ce qui aurait été suffisant pour équiper 2000 centrifugeuses. Auparavant, l’Iran avait assuré qu’il n’avait importé ni centrifugeuses P-2 ni pièces détachées, affirmant seulement en avoir produit domestiquement. "Il ne s’agit pas d’une erreur majeure" mais "technique", a estimé le directeur général de l’AIEA, Mohamed ElBaradei. "La résolution (que doit prendre, d’ici à vendredi 18 juin 2004, l’agence sur l’Iran) en tiendra compte mais ce malentendu ne change pas le fait que l’Iran doit se montrer plus transparent", a-t-il ajouté. "Nous n’avons toujours pas la preuve formelle que le programme (nucléaire iranien) a une dimension militaire, mais nous ne sommes pas non plus dans une position où il nous est possible de dire qu’il sert uniquement des fins civiles", a déclaré le chef de l’AIEA.

Mohammed El Baradei

"Nous pensons qu’il s’agit d’une erreur faite de bonne foi", a pour sa part commenté le chef de la délégation iranienne à l’AIEA, Hossein Moussavian. "Il s’agit cependant de l’enjeu le plus important de la résolution", a-t-il ajouté, soulignant que Téhéran poursuivrait sa coopération avec l’agence. M. Moussavian, qui est membre du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, a parallèlement souhaité que l’AIEA termine d’ici à septembre 2004 ses investigations sur son programme nucléaire. "Nous souhaitons coopérer étroitement avec l’agence pour clore ce dossier en septembre", a-t-il déclaré à des journalistes.

Sayed Hossein Mousavian

Les diplomates espéraient toujours, jeudi 17 juin, trouver un compromis sur un projet de résolution préparée par les Allemands, Britanniques et Français, prévoyant d’enquêter sur les accusations américaines selon lesquelles l’Iran développe secrètement l’arme nucléaire. M. ElBaradei a estimé que la résolution serait présentée, d’ici vendredi 18 juin 2004, au Conseil des gouverneurs de l’AIEA.

Le président iranien, Mohammad Khatami, avait menacé récemment de réduire la coopération de Téhéran avec l’AIEA si l’agence de l’ONU adoptait une résolution sévère contre son pays. Téhéran affirme que son programme nucléaire a pour seul but de produire de l’électricité.

Agence France Presse

Mohammad Khatami

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source