retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption
AFP, 7 mars 2011

Corruption : L’Agence de sécurité européenne est à nouveau accusée de conflit d’intérêts


Matthias Horst

L’Observatoire de l’Europe industrielle (CEO) a dénoncé, vendredi 4 mars 2011, un nouveau problème de conflit d’intérêts au sein du conseil d’administration de l’Autorité européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM et sur la sécurité des aliments (EFSA).


Piet Vanthemsche

L’Autorité européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM et sur la sécurité des aliments a été créée en 2002 et a été chargée de donner des avis scientifiques à la Commission européenne sur tous les dossiers touchant à la chaîne alimentaire, dont les OGM, sujet devenu très sensible en Europe. Elle est depuis plusieurs mois la cible de critiques. Le groupe des Verts au Parlement européen dénonce son noyautage par les groupes de pression. Une enquête menée par l’office statistique de l’Union européenne a en effet montré que 47 % seulement des citoyens européens pensent que les avis scientifiques de l’Autorité européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM et sur la sécurité des aliments sont indépendants des intérêts politiques ou commerciaux. Mais aucun gouvernement de l’Union européenne n’ose parler de réformer son mode de fonctionnement, sa composition et son manque de moyen. Les autorités françaises déplorent pourtant que ses avis soient uniquement fondés sur des études présentées par l’industrie, car elle n’a pas les moyens de réaliser des études indépendantes.

Milan Kovac

L’Observatoire de l’Europe industrielle, un groupe de réflexion qui milite pour la transparence au sein des institutions européennes, a adressé une lettre à la directrice de l’Autorité européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM et sur la sécurité des aliments , Catherine Geslain-Lanéelle, et au commissaire européen chargé de la santé et des consommateurs, John Dalli, pour dénoncer les liens de quatre membres du conseil d’administration de l’Autorité avec l’industrie agroalimentaire, ce qu’elle estime être un conflit d’interêts nuisible à la crédibilité des avis de cette agence de l’Union européenne. Elle vise l’Allemand Matthias Horst, également directeur général du lobby de l’industrie agroalimentaire allemand BVE ; le Tchèque Jiri Ruprich, également membre de la Fondation Danone ; le Belge Piet Vanthemsche, membre du COPA, le lobby européen des agriculteurs, et le Slovaque Milan Kovac, dirigeant de l’International Life Science Institute Europe, une organisation regroupant la plupart des groupes agrochimiques actifs dans les OGM. "La présence de représentants de l’industrie au sein du conseil d’administration de l’Autorité européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM et sur la sécurité des aliments est normale, car elle est prévue dans les statuts. Le conseil d’administration doit représenter toute la chaîne alimentaire", a expliqué à l’AFP la Commission européenne. L’Observatoire de l’Europe industrielle ne se satisfait pas de ces explications et estime que les groupes de pression de l’industrie agroalimentaire ne devraient pas siéger au sein du conseil d’administration de l’Autorité européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM et sur la sécurité des aliments . La présidente du conseil d’administration de l’Autorité européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM et sur la sécurité des aliments , la Hongroise Diana Banati, avait été contrainte de renoncer, en 2010, à toutes ses activités au sein de l’International Life Science Institute, pour faire taire les critiques contre sa nomination.

Agence France Presse

Diana Banati

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source