retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
Reuters, 10 mars 2011

Egypte : Mohamed ElBaradeï veut se présenter à l’élection présidentielle


Affrontements entre deux groupes de manifestants, au Caire, le 9 mars 2011. Ces affrontements opposaient les jeunes campeurs de la place Tahrir à des gens désireux de les en déloger

Un Conseil suprême des forces armées assure le pouvoir intérimaire, en Egypte, depuis le départ de Hosni Moubarak. Les militaires ont promis de remettre les rênes aux civils après la tenue d’élections législatives et d’une élection présidentielle dans un délai de six mois. Plusieurs voix se sont fait entendre pour contester l’ordre des scrutins, faisant valoir qu’il ne laisse pas suffisamment de temps aux partis politiques placés sous l’éteignoir pendant des décennies pour organiser une campagne législative.


Egypte

Il est officiellement candidat. Mohamed ElBaradeï a annoncé, mercredi 9 mars 2011 au soir, à une télévision privée, qu’il a l’intention de se présenter à l’élection présidentielle, en Egypte, qui doit avoir lieu cette année. C’est la première fois que Mohamed ElBaradeï, âgé de 68 ans, lauréat du prix Nobel de la paix en 2005, fait publiquement état de son ambition présidentielle. « Quand débutera la période d’inscription des candidatures à la présidentielle, je compte me présenter », a déclaré l’ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à la chaîne ONTV. Présent lors des manifestations qui ont conduit à la chute de Hosni Moubarak, Mohamed ElBaradeï a indiqué qu’il ne votera pas pour les réformes constitutionnelles qui doivent être soumises à référendum le 19 mars. « Je ne voterai pas pour ces amendements constitutionnels. Je voterai contre ces amendements », a-t-il dit. « L’actuelle Constitution s’est effondrée. Ce serait une insulte à la révolution si nous essayions de réparer cette Constitution », a-t-il expliqué. Mohamed ElBaradeï a souhaité que la transition s’effectue dans l’ordre suivant, une nouvelle Constitution, l’élection présidentielle et des élections parlementaires. « Nous allons dans la mauvaise direction. Je demande au conseil militaire de reporter ou d’annuler le référendum », a-t-il encore dit. Mohamed ElBaradeï a estimé que, si la réforme constitutionnelle est adoptée et que le parlement est choisi avant le président, cela servira uniquement les intérêts du Parti national démocratique qui soutenait Hosni Moubarak, et des Frères musulmans, principale formation de l’opposition.

Reuters

Mohamed ElBaradeï

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source