retour article original

jeudi 30 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire Les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale

Histoire : Robert Faurisson démonte le mythe des chambres à gaz nazies


Vue aérienne du camp d’Auschwitz-Birkenau

Préambule du 12 mars 2011

En 1986 le "chasseur de nazis" Serge Klarsfeld annonçait soudain dans VSD (livraison du 29 mai, p. 37) que des preuves scientifiques allaient enfin être publiées de l’existence et du fonctionnement à Auschwitz, durant la guerre, de ces "chambres à gaz" homicides (véritables abattoirs chimiques pour êtres humains) dont attestaient tant de "témoignages", tous plus vagues ou plus ébouriffants les uns que les autres. Pour cela, il s’était tourné vers un certain Jean-Claude Pressac, pharmacien de banlieue parisienne. On allait voir ce qu’on allait voir. Effectivement, trois ans plus tard, la Beate Klarsfeld Foundation, sise à New York, publiait, sous la signature dudit pharmacien, un ouvrage en anglais intitulé Auschwitz : Technique and operation of the gas chambers (*) ; comptant 564 pages de format 45cm X 30cm, il ne pesait pas moins de 2,4 kg.


L’entrée principale du camp d’Auschwitz-Birkenau

Apparemment le professeur Faurisson, dans le compte rendu qu’on en lira ci-dessous, s’est délecté, dans sa dissection de l’énorme ouvrage, à nous en montrer les faiblesses, les aberrations, les malhonnêtetés et, pour tout dire, l’incroyable inanité. L’avenir allait lui donner raison. En 1993, J.-C. Pressac faisait une dernière et timide tentative en publiant aux Editions CNRS Les Crématoires d’Auschwitz / La Machinerie du meurtre de masse (**). En mai 1995, R. Faurisson, assigné en justice pour sa Réponse à Jean-Claude Pressac (†), infligeait alors au pharmacien, qu’il avait fait citer devant le tribunal de la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, une telle humiliation publique que le malheureux, de retour dans sa villégiature de banlieue, rédigeait un long texte où, parlant de la version officielle de l’histoire de la déportation, il reconnaissait que le dossier en était "pourri" par trop de mensonges : désormais, selon ses propres mots, ce "dossier" était voué "aux poubelles de l’histoire".

J.-C. Pressac est mort le 23 juillet 2003. La presse du monde entier, qui l’avait autrefois tant célébré, observait cette fois-ci un complet silence sur son héros. Le texte de sa capitulation avait été tenu caché depuis 1995. Il a fallu attendre l’an 2000 pour le trouver à la toute fin du livre de Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, publié par les éditions du Seuil (††).

Une précision pour terminer : contrairement à certaines rumeurs, jamais J.-C. Pressac n’a été ni "un disciple" ni un "complice" du professeur Faurisson ! La vérité est qu’il a eu accès à des documents d’une exceptionnelle importance que le professeur avait été le premier au monde à découvrir, le 19 mars 1976, dans les archives du Musée d’Etat d’Auschwitz. J-C. Pressac s’est gardé de signaler au lecteur cette découverte du professeur et la dette qu’il a ainsi contractée à son égard.

N.B. Une version anglaise de cette étude du Professeur Faurisson se trouve, en deux parties, aux URL

http://www.vho.org/aaargh/engl/FaurisArch/RF9103xx1.html

et

http://www.vho.org/aaargh/engl/FaurisArch/RF9103xx2.html


(*) Consultable sur Internet à http://www.holocaust-history.org/auschwitz/pressac/technique-and-operation.

(**) Disponible auprès de la Fnac – www.fnac.com/livre.asp – , 10€ ; traduction anglaise : The Machinery of Mass Murder at Auschwitz : the design, construction, use, modifications, and destruction of the crematoria and gas chambers of the Auchwitz-Birkenau concentration camps.

(†) Paris, Diffusion RHR, 1994, 3e édition 2005 ; disponible auprès d’Akribeia, 45/3, Route de Vourles, Saint Genis-Laval (France) – www.akribeia.fr – , 13€ plus 5€ (pour frais de port) ; traduction anglaise – Answer to Jean-Claude Pressac on the Problem of the Gas Chambers – consultable à http://www.vho.org/GB/Books/anf/Faurisson1.html.

(††) Disponible auprès de la Fnac – www.fnac.com/livre.asp – , 26,60€.

***

page

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source