retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 28 mars 2011

Côte d’Ivoire : Les forces pro-Ouattara ont attaqué Duékoué


Des "Commandos invisibles" patrouillent à Abidjan, le 26 mars 2011

Les forces soutenant le président ivoirien reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, ont attaqué, lundi 28 mars 2011, la ville de Duékoué, carrefour stratégique de l’Ouest de la Côte d’Ivoire tenu par l’armée fidèle au président sortant, Laurent Gbagbo, a-t-on appris auprès des deux camps.


Côte d’Ivoire

Les violences depuis le début de la crise née du scrutin présidentiel contesté du 28 novembre 2010 ont déjà fait 462 morts, essentiellement des civils, selon l’ONU. La détérioration rapide de la situation fait craindre que le pays bascule dans la guerre civile. Progressant depuis la zone frontalière du Liberia, les combattants pro-Ouattara ont pris cinq localités, depuis fin février 2011, dans l’Ouest, où les combats provoquent d’importants déplacements de population. Plus de 90000 Ivoiriens se sont réfugiés au Liberia depuis le début de la crise, dont plus de la moitié depuis fin février.

Des Jeunes patriotes de Laurent Gbagbo, à Abidjan, le 26 mars 2011

Duékoué est située à une quarantaine de kilomètres au sud de l’ex-ligne de front divisant le pays depuis 2002 en un nord Forces nouvelles et un sud resté sous le contrôle du camp Gbagbo. Il s’agit d’un important carrefour de l’Ouest ivoirien : les routes de l’ouest mènent au Liberia, celles du nord à la Guinée, celle de l’est à la capitale politique Yamoussoukro et celle du sud au port de San Pedro, par où transite le cacao, dont la Côte d’Ivoire est le premier exportateur mondial. « Nous avons engagé les hostilités pour sécuriser le Grand Ouest, en particulier Duékoué et Guiglo, où des miliciens sèment la terreur », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire des Forces républicaines (pro-Ouattara), Seydou Ouattara. Les Forces républicaines regroupent essentiellement des ex-rebelles des Forces nouvelles, qui contrôlent le nord du pays depuis leur coup d’Etat manqué de 2002. « On a encerclé Duékoué et il est possible que les deux villes, Duékoué et Guiglo, tombent aujourd’hui », a affirmé le porte-parole depuis Bouaké, fief des Forces républicaines. « Nos positions ont été attaquées par des rebelles, dès 05h00, sur la base située à l’entrée ouest de Duékoué », a confirmé à l’AFP un militaire des Forces de défense et de sécurité (FDS) fidèles au président sortant. « Les tirs venaient de partout. On avait l’impression d’avoir été encerclés. Nous avons réussi un repli tactique (depuis la base située à l’entrée ouest de Duékoué). Mais nous comptons deux morts, dont le chef de compagnie, et trois blessés », a-t-il indiqué. « Jusqu’à présent, les tirs continuent d’être entendus dans la ville », selon lui.

Agence France Presse

Des partisans de Laurent Gbagbo manifestent, à Abidjan, le 26 mars 2011

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source