retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
Slate, 1er avril 2011

Côte d’Ivoire : Pourquoi le régime Gbagbo s’est effondré

par Anne KHADY SE


Des civils fuient les combats, à Abidjan, le 24 février 2011

Le régime Gbagbo s’effondre comme un château de cartes. Une chute spectaculaire, pour un président qui fut longtemps un opposant socialiste, avant de s’emparer du pouvoir, en 2000, et de le confisquer cinq ans, à partir de 2005, en reportant des élections qu’il a fini par perdre. Laurent Gbagbo restera dans les annales comme celui qui refusa de quitter le pouvoir, sous les fallacieux prétextes du nationalisme africain et de lutte contre le néocolonialisme. Son régime est tombé comme un fruit mûr. Un « fruit pourri », selon l’expression prémonitoire de son rival, Alassane Ouattara, prononcée fin décembre 2010.


Côte d’Ivoire

Une par une, les garnisons sont tombées dans les villes de province. Les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) d’Alassane Ouattara n’ont rencontré aucune résistance et ont convergé très rapidement, en trois jours, sur Abidjan. Dès jeudi 31 mars 2011 au matin, des habitants de la capitale économique ont aperçu des colonnes qu’ils appellent toujours des « Forces nouvelles » (FN, l’ex-rébellion nordiste de 2002), malgré le nouveau nom des FRCI, qui regroupent les FN et les soldats et gendarmes de l’armée régulière ayant fait défection. Dans la journée de jeudi 31 mars, c’était le sauve-qui-peut général à Abidjan, au lieu de la bataille tant redoutée : Philippe Mangou, le chef d’état-major, étroitement surveillé par les « faucons » du régime depuis décembre 2010, s’est réfugié à l’ambassade d’Afrique du Sud. Le chef de la gendarmerie s’est rallié à Alassane Ouattara, tandis que Charles Blé Goudé s’est vu refuser l’accès à l’ambassade d’Angola. Plusieurs caciques du régime ont été arrêtés à l’aéroport et deux généraux donnés pour mort.

Un partisan d’Alassane Ouattara à Yamoussoukro, le 31 mars 2011

Les combats se sont concentrés autour des hauts lieux du pouvoir : la Radio-télévision ivoirienne (RTI), prise dans la nuit, le palais présidentiel et la résidence du chef de l’Etat, défendue par le dernier carré de fidèles. Voilà plusieurs mois que les experts et les diplomates l’assuraient : l’armée ivoirienne, forte de 50000 hommes, n’est qu’un tigre de papier. Des hommes sans armes qui ont majoritairement voté contre Laurent Gbagbo (à 63 %, selon Alassane Ouattara). Laurent Gbagbo n’a compté que sur des forces de 5000 hommes, membres du Centre de commandement des opérations de sécurité (Cecos), des Compagnies républicaines de sécurité (CRS), de la Brigade anti-émeute (BAE) et de la Garde républicaine, recrutés parmi les Bétés dans la région natale de Laurent Gbagbo.

Des partisans de Laurent Gbagbo à Abidjan, le 1er avril 2011

Pour les autres, tous les autres, Laurent Ggagbo n’a représenté ni une cause à défendre, ni une idéologie à faire valoir, mais de l’argent : la solde ou le salaire en fin de mois. Or il n’a pas pu payer les fonctionnaires à la fin mars 2011, comme l’avaient prédit ses opposants début janvier. Les sanctions internationales ont eu l’effet escompté. Il ne s’agit pas tant du gel des avoirs des barons du régime à l’étranger et de l’interdiction de voyager décidés à leur encontre par l’Union européenne (UE) et les Etats-Unis. Ce sont d’abord et avant tout les sanctions africaines qui ont payé : les ministres des Finances de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ne se sont pas laissé faire, quand ils ont constaté que le gouverneur ivoirien de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Philippe-Henri Dacoury-Tabley, ne suivait pas la consigne qu’ils avaient donnée. Alors que la signature des comptes ivoiriens avait été retirée dès le 24 décembre 2010 à Laurent Gbagbo, des sommes folles continuaient d’être retirées, à Abidjan, en janvier 2011, pour mobiliser les troupes et payer les fonctionnaires. Le 22 janvier 2011, le gouverneur de la BCEAO était débarqué, et la signature des comptes donnée à des représentants d’Alassane Ouattara. Alors que le grand voisin nigérian multipliait en vain les menaces d’intervention armée pour déloger Gbagbo du pouvoir, ce sont sept petites nations ouest-africaines (Mali, Sénégal, Burkina Faso, Bénin, Togo, Niger et Guinée-Bissau) qui ont eu le courage de peser de tout leur poids pour faire respecter le verdict des urnes en Côte d’Ivoire. Les « corps habillés » (militaires) campaient devant le siège de la BCEAO, à Abidjan, et Laurent Gbagbo a répliqué en « annexant » les antennes locales de la BCEAO. Du coup, la Banque centrale a coupé, depuis son siège de Dakar, à la mi-février, le système électronique de regulation financière en Côte d’Ivoire. Et la BCEAO a clairement menacé de sanctions, le 11 février, les banques qui collaboreraient avec Laurent Gbagbo. Face à l’occupation par les Forces de sécurité (FDS) de la Bourse d’Abidjan, les banques ont fermé dans la semaine du 17 février, pour empêcher le régime Gbagbo de leur extorquer des fonds. Décision centrale, dans un monde dominé par l’argent. Tous les Ivoiriens ont été pénalisés. L’économie, qui tournait déjà au ralenti, a marqué un coup d’arrêt, rendant la situation politique de plus en plus intenable.

Des partisans d’Alassane Ouattara à Abidjan, le 1er avril 2011

Alassane Ouattara, de son côté, a su prendre son mal en patience et jouer d’un tempo lent, accumulant les petites victoires –sans précipitation. Tout le mois de décembre 2010, il est resté silencieux, au grand dam des journalistes étrangers qui se pressaient sans succès à la recherche du vainqueur de l’élection présidentielle, à l’hôtel du Golf. Les rumeurs les plus folles ont alors commencé à circuler : Alassane Ouattara aurait quitté la ville, il aurait subi une attaque cérébrale et serait même mort, à un moment donné… Pendant ce temps, il nommait des ambassadeurs auprès des Nations Unies et à Paris, il envoyait des émissaires à Addis-Abeba, en Ethiopie, plaider son dossier auprès de l’Union africaine (UA), marquait son mécontement à l’égard d’un panel de médiateurs africains en ne recevant pas tout de suite à l’hôtel du Golf le Sud-Africain Jacob Zuma, alors allié potentiel de Laurent Gbagbo. Début mars 2011, il a cessé de s’exprimer, organisant avec Guillaume Soro, son Premier ministre et ancien chef des FN, « l’usage de la force légitime » qu’aucune puissance étrangère n’était prête à faire. Voyant avec inquiétude la Côte d’Ivoire éclipsée dans l’actualité par les révolutions tunisienne et égyptienne, Ouattara a tiré la leçon de l’histoire africaine en train de se faire : il a mené le combat en interne, avec les troupes « nordistes » de Guillaume Soro, pour défaire militairement Laurent Gbagbo. Aujourd’hui, le vent de l’histoire a tourné, comme celui des rumeurs à Abidjan. Fantasme éloquent : certains affirment que Laurent Gbagbo, qui ne s’est pas montré en public depuis deux mois, disposerait d’une petite chambre, pour lui et sa famille, à l’hôtel Ivoire, un établissement symbolique de la grandeur passée de la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny, fermé depuis plusieurs mois.

Alassane Dramane Ouattara

La déroute express de Laurent Gbagbo est une leçon pour toute l’Afrique : au Zimbabwe, le candidat Morgan Tsvangirai, critiqué dans son propre camp pour son légalisme face à Robert Mugabe, n’a jamais joué la carte du soulèvement ou de la lutte armée. Il continue de recevoir des coups, persuadé que la démocratie ne progresse pas à coups de canons, même si, parfois, il faut la défendre arme au poing.

Anne KHADY SE

Un partisan d’Alassane Ouattara attaque le Palais présidentiel, à Abidjan, le 1er avril 2011

AUTEURS 

  • Anne KHADY SE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source