retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 2 avril 2011

Côte d’Ivoire : Les violences font des centaines de morts à Duékoué


Des partisans d’Alassane Ouattara à Duékoué, le 29 mars 2011

"Au moins 800 personnes" ont été tuées, mardi 29 mars 2011, lors de violences intercommunautaires, à Duékoué, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, a indiqué, vendredi 1er avril, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).


Côte d’Ivoire

Pour l’organisation, "cet événement est particulièrement choquant par son ampleur et sa brutalité". En outre, "des dizaines de milliers de femmes, hommes et enfants" ont fui les combats et les pillages qui se sont déroulés dans la ville depuis lundi. Les diverses communautés de la ville de Duékoué et des environs avaient déjà été durement touchées à plusieurs reprises par la violence. "Le Comité international de la Croix-Rouge condamne les attaques directes visant des civils et rappelle l’obligation des parties au conflit d’assurer en toutes circonstances la protection des populations sur le territoire qu’elles contrôlent", a déclaré dans un communiqué Dominique Liengme, cheffe de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge en Côte d’Ivoire. Important carrefour stratégique de l’Ouest, Duékoué est contrôlée, depuis mardi 29 mars 2011, par les forces du président ivoirien reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, à l’issue de deux jours de combats avec les militaires et miliciens fidèles au président sortant, Laurent Gbagbo. Les agences humanitaires de l’ONU s’étaient dites particulièrement inquiètes, vendredi 1er avril au matin, du sort de dizaines de milliers de déplacés qui ont trouvé refuge à la mission catholique de cette ville.

Agence France Presse

Des partisans d’Alassane Ouattara à Duékoué, le 29 mars 2011

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source