retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire La seconde guerre mondiale en photos
La seconde guerre mondiale en photos 19

Les sous-marins américains pendant la guerre du Pacifique


Un sous-marin américain dans l’océan Pacifique

L’empire japonais était fondamentalement un empire maritime dépendant encore davantage que l’empire britannique de la mer pour son ravitaillement. Sa capacité de faire la guerre reposait sur de vastes importations de pétrole, minerai de fer, bauxite, charbon à coke, nickel, manganèse, aluminium, étain, cobalt, plomb, phosphate, graphite, potasse, coton, sel et caoutchouc. De plus, pour son alimentation, il lui fallait importer la plus grande partie de son sucre et de ses graines de soja, ainsi que 20 % de son blé et 17 % de son riz.

Cependant, le Japon est entré en guerre contre les Etats-Unis avec une marine marchande n’excédant pas 6 millions de tonneaux brut, soit un chiffre largement inférieur au tiers de la marine marchande britannique au début de 1939 -environ 9500 navires jaugeant au total plus de 21 millions de tonneaux. De plus, malgré les enseignements de la guerre et ses visées expansionnistes, le Japon n’avait pas fait grand-chose pour organiser la protection de ses navires marchands : pas de système de convois, pas de porte-avions d’escorte. C’est seulement quand sa flotte marchande a été considérablement réduite que le Japon a fait des efforts sérieux pour réparer ces omissions. La conséquence de tout cela est que la flotte marchande japonaise est devenue une cible facile pour les sous-marins américains.

Le USS Lagarto


Au moment de l’entrée en guerre des Etats-Unis, la plupart des torpilles utilisées par les sous-marins américains étaient défectueuses. Elles déviaient fréquemment de leur trajectoire, ou passaient trop bas, sous le navire visé, ou encore elles n’explosaient pas à l’impact.

La chambre des torpilles avant dans un sous-marin américain

Dans la pratique, les sous-marins américains du Pacifique devaient se contenter de surveiller les mouvements de la flotte japonaise, recueillir les pilotes alliés tombés en mer ou les marins alliés naufragés, et ravitailler les groupes de résistants qui avaient pu s’organiser dans les îles envahies par le Japon.

Par la suite, quand le problème des torpilles a été résolu, et que de nouveaux modèles sont entrés en service, les sous-marins américains se sont principalement consacrés à couler les pétroliers et les navires de guerre japonais. Ils transportaient et récupéraient également des commandos venus, notamment, étudier les plages prévues pour de futurs débarquements.

Les sous-marins japonais faisaient essentiellement porter leurs attaques sur les bâtiments de guerre. Plus tard, ils ont dû être utilisés pour ravitailler les garnisons isolées contournées par les Américains. Par contre, les sous-marins américains ont été largement employés contre les navires marchands. En 1943, ils en ont coulé 296, représentant un total de 1335000 tonneaux. Durant le seul mois d’octobre 1944, ils ont coulé un nombre de navires marchands représentant 321000 tonneaux. Les effets obtenus étaient d’autant plus graves que les attaques visaient essentiellement les pétroliers japonais.

Le USS Wahoo

Les pétroliers étaient attaqués jusque devant les rivages du Japon. Comme le Japon devait importer tout son pétrole par mer, les stocks se sont bientôt mis à baisser d’une manière alarmante. Vers la fin de la guerre, les stocks de carburant de la Marine japonaise étaient tombés tellement bas, au Japon, que sa flotte de guerre devait demeurer dans la zone des Philippines. La pénurie de carburant pour avions imposait des économies dans les heures d’entraînement des pilotes japonais, toujours moins expérimentés face à des pilotes américains qui, eux, l’étaient toujours davantage.

Les sous-marins américains ont également infligé de lourdes pertes aux bâtiments de guerre japonais, qui ont représenté environ un tiers de leurs victimes.

Le commandant d’un sous-marin américain au périscope

Après la libération des Philippines, lorsque les sous-marins américains ont commencé d’opérer à partir la base de Subic bay, dans l’île de Luçon, la plus grande partie de la marine marchande japonaise avait été éliminée et les bonnes cibles se faisaient tellement rares qu’un certain nombre de sous-marins ont été employés à recueillir les équipages des bombardiers qui avaient fait un amerrissage forcé au retour de raids sur le Japon.

En résumé, la contribution des sous-marins américains à la victoire a été immense. Ils ont coulé 60 % des navires marchands japonais au cours de la guerre. Ce facteur a été le plus important de tous dans l’effondrement final du Japon, car il a été décisif en exploitant sa faiblesse économique et sa dépendance de l’extérieur pour son ravitaillement.

Un destroyer japonais torpillé par un sous-marin américain

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source