retour article original

samedi 25 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 18 avril 2011

Côte d’Ivoire : Tourner la page des violences


Un camp de réfugiés à Duékoué, le 17 avril 2011

En attendant une éventuelle réconciliation franche et durable, les Ivoiriens entrevoient l’apaisement des tensions, moins d’une semaine après la chute de Laurent Gbagbo. Samedi 16 avril 2011, les deux camps qui se sont affrontés pendant les cinq mois qu’a duré la crise électorale –dénouée au terme de dix jours de guerre civile à Abidjan– ont donné des signes encourageants quant à leur volonté de tourner la page des violences.


Côte d’Ivoire

Le camp du président sortant, d’abord, a appelé, dans la soirée, à la réconciliation. "Nous devons arrêter l’escalade de la violence et de la déchéance", a déclaré Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI), accompagné notamment d’Alcide Djédjé, ex-ministre des Affaires étrangères de M. Gbagbo. "Au nom de la paix, arrêtons la guerre", a poursuivi M. Affi, appelant aussi à libérer les personnes arrêtées, dont M. Gbagbo, afin qu’il prenne "part à la réconciliation nationale". Un appel en partie entendu –et probablement négocié– par le nouveau pouvoir, qui a annoncé, quelques minutes plus tard, la libération de près de 70 personnes arrêtées, lundi 11 avril 2011, en même temps que Laurent Gbagbo. Un total de "120 personnes environ" avaient été arrêtées à la résidence présidentielle et amenées à l’hôtel du Golf, QG de M. Ouattara, a déclaré le ministre de la Justice, Jeannot Ahoussou Kouadio, sur la chaîne de télévision TCI. Parmi elles, "trente" membres de sa famille, dont ses petits-enfants, ont été "conduits aujourd’hui à une destination que nous gardons comme confidentielle", a-t-il poursuivi. "Des employés de maison", notamment ses cuisinières et jardiniers, qui "étaient au nombre de trente-huit", sont également "partis". M. Gbagbo se trouve, quant à lui, depuis mercredi 13 avril, en résidence surveillée dans le nord du pays, tandis que son épouse, Simone, demeure à l’hôtel du Golf. Charles Blé Goudé, personnage clé du régime défait, fait toujours l’objet d’intenses spéculations, son camp affirmant qu’il était "en lieu sûr", après avoir été un temps dit arrêté par les FRCI. Il n’a pas été arrêté et se trouverait en "lieu sûr", a déclaré à l’AFP à Paris un conseiller de Laurent Gbagbo, Toussaint Alain. De nombreuses rumeurs ont circulé quant au sort de Charles Blé Goudé, chef des Jeunes patriotes et ministre de la Jeunesse du président déchu. Les caciques de l’ancien régime devront toutefois répondre de leurs actes. Le ministre de la Justice, Jeannot Ahoussou Kouadio, a déclaré, dimanche 17 avril, qu’il allait saisir le procureur d’Abidjan pour ouvrir des enquêtes contre les personnes "susceptibles" d’avoir commis des "crimes de sang", "des achats d’armes" ou des "détournements d’argent". Ces enquêtes pourraient concerner notamment "les membres du gouvernement" de M. Gbagbo, mais aussi des journalistes de la Radio-télévision ivoirienne (RTI), qui a été un puissant intrument de propagande du pouvoir en place de 2000 à 2011, a-t-il précisé.

Des soldats d’Alassane Ouattara à Abidjan, le 17 avril 2011

Sur le terrain, à Abidjan, le nouveau pouvoir reprend en main progressivement une situation chaotique, misant sur une réouverture imminente de l’administration. Les fonctionnaires qui avaient cessé de travailler en raison des violences sont appelés à reprendre "impérativement" le travail lundi. La TCI a ajouté que la rentrée des classes était prévue le 26 avril 2011. Le couvre-feu a été allégé à partir de samedi 16 avril et s’appliquera jusqu’à lundi 18 avril de 22h00 à 06h00, au lieu de 18h00 à 06h00 actuellement. Dans les rues d’Abidjan, la sécurité s’améliorait petit à petit, malgré le désordre et les pillages persistant dans certains secteurs. Autre signe d’un progressif retour à la normale : le camp militaire français de Port-Bouët, dans le sud d’Abidjan, a cessé, vendredi 15 avril au soir, d’être une base d’accueil pour les personnes évacuées lors des combats.
Au total quelque 5000 personnes, pour moitié des Français, avaient rejoint le camp, dont quelque 3300 ont quitté le territoire ivoirien, selon la force française Licorne.

Scène de marché à Abidjan, le 17 avril 2011

La Gambie, petit pays d’Afrique de l’Ouest, a déclaré ne pas reconnaître M. Ouattara et affirmé que M. Gbagbo demeurait "le président légitime". A Paris, plusieurs milliers d’Ivoiriens, et à Londres, environ 200, ont manifesté pour célébrer la victoire d’Alassane Ouattara et remercier la France et l’ONU pour leur rôle.

Agence France Presse

Accumulation d’ordures à Abidjan, le 17 avril 2011

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source